/finance/homepage

Gestion de l’offre

Donald Trump menace les producteurs laitiers québécois

Agence QMI

Le gouvernement canadien par la voix de son ambassadeur aux États-Unis a rejeté les critiques du président américain selon lesquelles le système canadien de gestion de l’offre est une réglementation «injuste» qui a des conséquences pour les agriculteurs américains.

Mardi, dans un discours devant des ouvriers au Wisconsin, Donald Trump a réitéré sa promesse de revoir tous les accords commerciaux qui ne sont pas justes, «y compris ceux avec le Canada».

«Au Canada, des choses très injustes se sont passées contre les producteurs laitiers américains», a-t-il dit, soulignant que ce dossier allait être examiné.

M. Trump a servi cet avertissement en marge d’une annonce sur son décret «Acheter américain, embaucher américain». Il a critiqué l'Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA) qui est «un désastre complet pour les États-Unis», selon lui.

«Ce qui est arrivé [aux producteurs américains] est très, très injuste. C'est le genre d'accord précisément injuste contre les États-Unis. La situation ne durera pas longtemps», a-t-il assuré.

Dans une lettre adressée aux gouverneurs du Wisconsin et de New York, l’ambassadeur du Canada aux États-Unis, David MacNaughton, affirme que les faits ne soutiennent pas l'accusation selon laquelle l'industrie laitière canadienne est responsable des difficultés de certains agriculteurs américains.

«Le Canada n'accepte pas l'affirmation selon laquelle les politiques laitières du Canada sont à l'origine de pertes financières pour les producteurs laitiers aux États-Unis», a-t-il expliqué.

Selon M. MacNaughton, «les faits ne le confirment pas».

Dans une déclaration, la National Milk Producers Federation (NMPF) a dit avoir envoyé jeudi une lettre à l’administration Trump pour faire part de leur préoccupation.

«Nous remercions le président Donald Trump d'avoir parlé aujourd'hui au Wisconsin de cette politique de prix néfaste du Canada mise en œuvre dans le but d'étouffer la concurrence avec les États-Unis. Nous avons souligné à maintes reprises que le commerce doit être juste et que tous les pays devraient être tenus responsables lorsqu'ils enfreignent les règles. Le mépris répété du Canada pour ses engagements commerciaux en matière de produits laitiers envers les États-Unis a laissé les producteurs laitiers américains endurer les conséquences sévères et injustes», peut-on lire dans la déclaration publiée mardi.

Rappelons que tous les partis politiques représentés à la Chambre des communes à Ottawa appuient officiellement le système de gestion de l’offre, qui permet aux producteurs de vendre leur lait à des prix stables.

Philippe Couillard pas surpris

De son côté, le premier ministre du Québec Philippe Couillard a dit mardi soir ne pas être surpris par les propos de Donald Trump. «Nous allons être aux côtés de nos agriculteurs, a-t-il affirmé. Pas seulement pour défendre la gestion de l’offre, mais pour défendre aussi nos fermes familiales.»

M. Couillard a assuré que son équipe avait discuté avec l’entourage de Justin Trudeau et que les deux gouvernements sont sur la même longueur d’onde.

Dans la même catégorie