/regional/chaudiereappalaches

Transport en commun

Lévis se retire du projet de SRB

Taïeb Moalla

 - Agence QMI

JEAN-FRANCOIS DESGAGNES/AGENCE QMI

La Ville de Lévis se retire du projet de Service rapide par bus (SRB), a confirmé le maire Gilles Lehouillier, mardi en fin d'après-midi.

Les 16 élus du conseil municipal de Lévis avaient été convoqués à un comité plénier spécial, à huis clos, mardi après-midi. Chacun d’entre eux devait se prononcer sur le projet de Service rapide par bus (SRB). Ça passe ou ça casse, a convenu le maire Lehouillier.

«On est rendu maintenant à une étape cruciale où il faut prendre une décision [...] C’est une grosse décision à prendre. Il va falloir regarder les enjeux, la perception de la population, et tenir compte de l’opinion de nos contribuables. On veut avoir l’heure juste, quartier par quartier.»

Les chiffres et les scénarios précis seront donc communiqués aux conseillers municipaux, qui font tous partie d’Équipe Lehouillier. Ceux-ci devront trancher. Le maire a dit qu’il était important pour lui de recueillir le son de cloche de tous ceux qui seront autour de la table.

Un projet spécifique pour Lévis?

Quand on lui a demandé, avant le comité plénier spécial, si Lévis pourrait laisser tomber le SRB, le maire Lehouillier a répondu que «toutes les possibilités sont sur la table».

Assurant qu’il ne veut aucunement empêcher Québec d’avoir son SRB, Gilles Lehouillier a été quelque peu mystérieux en lâchant ensuite cette phrase: «Si on va de l’avant avec un autre projet qui serait spécifique à Lévis, qui est autrement qu’un SRB, on verra aussi. Mais c’est sûr qu’il y aura toujours l’arrimage entre les deux rives qu’on devra faire.»

Alors, ça passe ou ça casse? a demandé un journaliste. «Ça devrait ressembler à ça», a répondu le maire.

Dans la même catégorie