/news/society

Santé

Traitements en chambre hyperbare: la RAMQ doit-elle rembourser?

Shanny Hallé

 - TVA Nouvelles

Un médecin de l'hôpital Sainte-Justine déplore que les traitements en chambre hyperbare ne soient pas remboursés aux parents. À Asbestos, un jeune homme atteint de la paralysie cérébrale a fait des progrès fulgurants au cours des dernières années grâce à ces traitements.

Atteint de la paralysie cérébrale, Xavier Gauthier-Couture bénéficie de traitements en chambre hyperbare depuis qu'il est bébé. Aujourd'hui âgé de 20 ans, ses parents n'en reviennent pas des progrès accomplis depuis.

«Dès ses premiers traitements, Xavier a commencé à ouvrir ses mains, à vouloir toucher des choses, explique Isabelle Gauthier, la mère de Xavier. Sa vision s'est éclaircie de traitement en traitement. Ses pieds se sont beaucoup relaxés aussi. Les spasmes musculaires étaient beaucoup moins présents.»

La famille a voyagé entre la Colombie-Britannique et l'Ontario pour lui offrir des traitements en chambre hyperbare.

«C'est là qu'on a vu des super beaux résultats dès les premiers traitements, alors quand on est revenus de Vancouver, je me suis dit on recommence», raconte sa mère.

La famille a fait l'acquisition d'une chambre hyperbare pour que Xavier puisse faire ses traitements à la maison. Il doit passer 1h30 dans l'appareil, 2 fois par jour, pendant 20 jours.

«Dans les environs de 35 000 $ que ça nous a coûté pour la chambre hyperbare, ajoute Mme Gauthier. Je ne comprends pas pourquoi ce n'est pas encore disponible partout ici parce que c'est bon non seulement pour un enfant comme le nôtre, mais pour tous.»

Annie Blais, la mère de Jacob en sait quelque chose... Elle doit trouver 25 000 dollars pour offrir une chambre hyperbare à son fils.

«Je crois que c'est le bon choix, et les bonnes démarches à faire pour améliorer la qualité de vie de Jacob», soutient Annie Blais.

Les traitements ne sont pas remboursés par la RAMQ. Une aberration selon le Dr Pierre Marois du Centre hospitalier Sainte-Justine.

«Il n'y a pas de lobby assez puissant pour faire pencher la balance en faveur des parents», dit-il.

Santé Canada ne reconnait toujours pas l'efficacité des traitements. Pourtant le Dr Marois a remarqué des progrès sur 70-75 % des patients atteints de paralysie cérébrale comme Xavier.

Dans la même catégorie