/regional/basstlaurent

Le maire Parent exige un rappot

L’état de la cathédrale préoccupe la Ville de Rimouski

TVA Nouvelles

Capture d'écran TVA Nouvelles

Rimouski, au Bas-Saint-Laurent, veut obtenir un portrait à jour de l'état de sa cathédrale. Le bâtiment est pour ainsi dire à l'abandon depuis bientôt trois ans et demi, ce qui préoccupe les autorités de la Ville.

Le maire Marc Parent exige que la fabrique de la paroisse Saint-Germain lui fournisse un rapport à ce sujet d’ici deux mois, soit d’ici le 30 juin. Pour lui, il en va de la sécurité des citoyens, qui sont nombreux à circuler chaque jour aux abords de l’édifice.

Si ce rapport fait ressortir des lacunes sur le plan structurel, la fabrique devra entreprendre des travaux pour corriger le tout. La Ville a le pouvoir de l’exiger et entend le faire.

«Il y a quand même plusieurs années qui se sont écoulées depuis la dernière évaluation structurale de la cathédrale. Il n’y a pas de travaux qui ont été faits depuis ce temps-là. Nous, il y a certaines choses qui sont de notre ressort, et d’autres qui ne le sont pas. Ce n’est pas à la Ville de Rimouski de déterminer la vocation de la cathédrale. Toutefois, c’est à la ville de s’assurer de la sécurité des citoyens. [...] Je suis sûr qu’il y a de l’argent quelque part. L’archevêché doit prendre ses responsabilités à titre de bon citoyen corporatif», a dit Marc Parent.

De son côté, la fabrique se montre rassurante. Son président, Normand Lavoie, soutient qu'un tel rapport a déjà été fourni aux autorités municipales, mais aussi à la Régie du bâtiment du Québec et à l'assureur de la cathédrale.

En fait, le président de la fabrique affirme qu'au cours des quatre dernières années, des architectes et des ingénieurs se sont penchés sur l'état de la structure à trois reprises et, chaque fois, la sécurité de l’édifice religieux a été confirmée.

La fabrique n’a vraisemblablement pas l’intention de payer pour une autre étude. Autrement, M. Lavoie confirme que le système de gicleurs à l'intérieur de la cathédrale a été remis en fonction jeudi dernier, à la demande du Service de sécurité incendie de la Ville de Rimouski. Les gicleurs avaient été mis hors service au lendemain de l'important dégât d'eau survenu le 20 mars dernier.

Le président de la fabrique de la paroisse Saint-Germain doit rencontrer au cours des prochaines heures le directeur général de la Ville de Rimouski, Claude Périnet, afin de faire le point sur la situation de la cathédrale.

On devrait par ailleurs en apprendre plus, la semaine prochaine, au sujet de la consultation publique portant sur l’avenir de la cathédrale, événement qui sera organisé par l’archevêché de Rimouski au cours du printemps. Un sondage sera aussi effectué auprès des citoyens pour tâter le pouls.