/news/society

Candiac

EXCLUSIF | Gardé à la maison parce qu’il aurait été brutalisé par son enseignante

TVA Nouvelles

Parce qu’il aurait été brutalisé et humilié par son enseignante, une mère de Candiac garde son fils de 7 ans à la maison et déplore le manque de collaboration de la commission scolaire.

Sophie Gautier ne sait plus vers qui se tourner. Son enfant de 7 ans aurait été agrippé avec force au bras par son enseignante et elle l’aurait humilié. Pour la sécurité de son fils, elle ne veut pas qu’il réintègre sa classe à l’école Plein-Soleil après ce qu’il aurait vécu.

«[...]En lui attrapant le bras, en lui demandant d’aller dans le corridor avec un sablier pour terminer ses devoirs, détaille sa mère. Il devait, sans aucune explication supplémentaire, terminer son travail à genoux.»

Depuis trois semaines, il reste donc à la maison. Les discussions avec la direction n’ont pas permis de trouver de solution.

Un plainte a été déposée à la Régie intermunicipale de police Roussillon. Un signalement a aussi été fait à la DPJ par une tierce personne.

La mère demande que son enfant soit changé de classe, une option facilement réalisable selon elle puisque deux autres groupes de cette année existent dans l’établissement. Toutefois, la direction refuse de procéder ainsi, prétextant que les groupes sont déjà formés.

«Il n’y a pas de mots pour définir [ce qu’on vit]. On est comme laissés pour compte. Je pense que dans tout ça, on a oublié l’enfant», lâche Mme Gautier.

De son côté, l’école a proposé aux parents que leur fils soit réintégré en classe en étant accompagné d’un technicien en éducation spécialisé ou qu’il change d’école. Ces deux options ne conviennent pas du tout à Mme Gauhtier.

Enquête interne

Devant la gravité des allégations, comment se fait-il que l’enseignante soit encore en poste. La commission scolaire des Grandes-Seigneuries dit avoir mené une enquête interne sur les allégations de l’enfant et sur son enseignante, qui avait un dossier impeccable jusqu’à cet événement.

Toutefois, comme il n’y avait pas de preuves ou de témoins, la commission scolaire a décidé de la garder en poste.

Aux Grandes-Seigneuries, on dit déplorer la situation et le fait que cet enfant ne soit pas scolarisé. On espère aussi arriver à une solution avec les parents.

-D’après les informations de Cindy Royer

Dans la même catégorie