/news/politics

Producteurs laitiers

Trudeau réplique aux menaces de Trump

TVA Nouvelles | Agence QMI

Le premier ministre Justin Trudeau a assuré jeudi que le Canada n'est pas le problème pour les producteurs laitiers américains et conservera son système de gestion de l’offre. Selon lui, il faut s’en tenir aux faits, a-t-il dit en entrevue avec Bloomberg.

«Ce n'est pas le Canada qui est le défi ici», a déclaré M. Trudeau jeudi, rappelant que les États-Unis ont un excédent commercial important de produits laitiers avec le Canada. «Ne prétendons pas que nous sommes dans un marché libre mondial en matière d'agriculture», a-t-il mentionné.

«Nous aurons des discussions de fond sur la façon d'améliorer la situation», a ajouté le premier ministre.

M. Trudeau réagissait aux menaces proférées cette semaine par le président américain Donald Trump, qui a de nouveau dénoncé jeudi les politiques commerciales du Canada. Le président américain a réitéré sa volonté de renégocier l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) coûte que coûte, n’hésitant pas à employer le terme de «désastre» pour parler de l'Accord.

Le président des Producteurs de lait du Québec, Bruno Letendre, a qualifié de «rassurante» la déclaration d'aujourd'hui du premier ministre Trudeau. En entrevue cet après-midi à LCN, M. Letendre a tenu à relativiser la portée des propos de Donald Trump en faisant référence à l'échec de sa tentative d'éliminer la réforme de la santé mise de l'avant par son prédécesseur.

«On ne sait pas ce qui va sortir dans deux semaines. Mais je peux juste dire que pendant toute la campagne électorale, on entendait souvent dire que Obamacare allait prendre le bord et, pourtant, l'Obamacare est encore en force aux États-Unis», souligne-t-il en ajoutant que M. Trump donne l'impression d'être de nouveau en campagne électorale en disant des «mensonges pour faire plaisir».

Voyez l'entrevue avec le président des Producteurs de lait du Québec, Bruno Letendre, dans la vidéo ci-dessous:

«Une honte»

Après avoir lancé une première salve de critiques mardi au Wisconsin, M. Trump est revenu à la charge jeudi en soulignant que «ce que le [Canada] a fait à nos travailleurs agricoles laitiers est une honte». Il a fait cette nouvelle montée de lait au bureau ovale, à Washington.

«J’ai passé du temps avec des producteurs dans le Wisconsin. [...] Il y a des fermiers dans le Wisconsin et l’État de New York qui sont poussés à la faillite. Ce qui se passe au nord de notre frontière touche aussi nos travailleurs forestiers.»

Plus tôt cette semaine, le président Trump s’était attaqué au système canadien de gestion de l’offre, une réglementation «injuste» qui a des conséquences pour les agriculteurs américains, selon lui. «La situation ne durera pas longtemps», avait-il assuré.

L’ambassadeur du Canada aux États-Unis, David MacNaughton, avait répondu aux attaques du président dans une lettre adressée aux gouverneurs du Wisconsin et de New York. Selon lui, l'industrie laitière canadienne n’est pas responsable de la surproduction laitière aux États-Unis qui cause des difficultés à des producteurs américains.

Dans la même catégorie