/news/world

Frontière entre la Thaïlande et le Laos

Un homme arrêté pour trafic de sperme

Agence France-Presse

Un homme qui tentait de faire passer en contrebande des flacons de sperme a été arrêté à la frontière entre la Thaïlande et le Laos, pays pauvre où se développe le commerce des mères porteuses.

L'homme de 25 ans a été interpellé dans la ville frontalière de Nong Khai avec les bouteilles emballées conservées dans un réservoir d'azote.

Il a été condamné à une amende, selon un douanier thaïlandais, pour avoir violé la loi interdisant l'exportation de tissus reproducteurs.

«C'était la 13e fois qu'il fait passer des produits en contrebande. Les fois précédentes, il s'agissait d'ovules et de sperme», a déclaré le fonctionnaire à l'AFP, sous couvert d'anonymat, affirmant ne pas être autorisé à parler à la presse.

Il a précisé que les flacons étaient destinés à une clinique au Laos, un pays pauvre où la pratique rémunérée de la gestation pour autrui vient d'apparaître depuis que la Thaïlande et le Cambodge ont légiféré pour les interdire, début 2015 et fin 2016.

D'après des groupes spécialisés dans la gestation pour autrui, un certain nombre d'agences et de cliniques spécialisées viennent de se monter au Laos, après l'interdiction de ces pratiques en Thaïlande début et au Cambodge.

Certains établissements proposent le transfert d'embryons au Laos et un suivi de grossesse en Thaïlande où les établissements médicaux sont de bien meilleure qualité.

Début 2015, la Thaïlande a adopté une loi interdisant à un couple d'étrangers d'avoir recours au service d'une mère porteuse thaïlandaise, pratique commerciale qui s'est développée dans le royaume et qui a été à l'origine de plusieurs scandales ces dernières années.

En 2014, un couple australien avait choqué la planète en abandonnant un petit garçon trisomique, nommé Gammy, en Thaïlande à sa mère âgée de 21 ans, et en emmenant sa soeur jumelle, Pipah, en bonne santé.

Quelques semaines plus tard, le royaume découvrait le scandale de «l'usine à bébés»: un riche Japonais avait eu recours à des mères porteuses pour avoir neuf enfants.

Dans la même catégorie