/news/law

Homicide en 2012

Arrêt Jordan: un meurtrier ne subira pas son procès

Claudia Berthiaume

 - Agence QMI

Un homme de main du crime organisé échappera à son procès pour meurtre et tentative de meurtre à cause du long délai qui s’est écoulé depuis son arrestation il y a cinq ans, a tranché un juge.

Ryan Wolfson est devenu vendredi le deuxième Québécois accusé de meurtre à bénéficier du célèbre arrêt Jordan de la Cour suprême, au palais de justice de Montréal.

L’homme de 45 ans est néanmoins assuré de demeurer dans un pénitencier fédéral, pour le moment, car il purge déjà une peine de prison à vie pour un autre meurtre, celui de Frédérick Murdock, remontant à l’automne 2012.

Il a été reconnu coupable de cet assassinat et de deux tentatives de meurtre sur Vincent et Tommy Pietrantonio en octobre dernier, au palais de justice de Saint-Jérôme. Wolfson a porté ces verdicts en appel.

Le meurtrier devait tout de même subir un second procès en septembre 2017, cette fois pour le meurtre de Pierre-Paul Fortier et la tentative de meurtre sur l’ex-hockeyeur Dannick Lessard.

Selon la théorie de la Couronne, tous ces attentats auraient été commandés par Benjamin Hudon-Barbeau, un proche des Hells Angels connu pour son évasion de la prison de Saint-Jérôme en 2013. Il est aussi accusé pour ces crimes.

58 mois

Si le second procès de Wolfson avait eu lieu comme prévu, il se serait écoulé plus de 58 mois depuis le dépôt des accusations, en novembre 2012.

L’arrêt Jordan limite maintenant les délais à 30 mois pour ce genre de crime.

«Seule l’indolence de la poursuite explique l’accroissement des délais qui s’ajoutent à des délais institutionnels chroniques, a statué le juge Guy Cournoyer. Dans les circonstances, il s’avère regrettable que l’arrêt des procédures contre l’accusé doive être ordonné».

Tout sourire en entendant le magistrat, Wolfson a fait un clin d’oeil à Me Alexandra Longueville, qui le défendait jusqu’à tout récemment.

«La Charte canadienne des droits et libertés a été écrite pour tout le monde», a déclaré l’avocate après d’audience.

La Couronne prendra le temps d’analyser la décision du juge Cournoyer avant de déterminer si elle en fera appel.

«On n’est pas du tout en accord avec l’analyse que le juge a faite», a déclaré Steve Baribeau.

«Rire du monde»

Présents dans la salle d’audience, les parents de Pierre-Paul Fortier ont affirmé qu’il n’y avait pas de justice.

«Le criminel s’en lave les mains. C’est rire du monde carrément», ont laissé tomber Nicole et Jean-Jacques Fortier.

Quant à Dannick Lessard, il était plus nuancé. «Il s’en sauve d’une façon, mais il est déjà en prison à vie. Au moins, je respire, j’ai la chance d’être encore en vie», a philosophé celui qui a reçu neuf balles dans le corps.

Dans la même catégorie