/news/homepage

Hydroélectricité

Énergie Ottawa souhaite protéger une anguille en voie de disparition

Agence QMI

Anguille européenne | archives

Anguille européenne | archives

Le producteur d’hydroélectricité Énergie Ottawa a décidé de mettre les bouchées doubles pour protéger l’anguille d’Amérique, une espèce en voie de disparition.

L’entreprise s’est associée à la Fédération canadienne de la faune et à l’Université Carleton pour suivre et évaluer le taux de succès de passage des anguilles à la hauteur des chutes de la Chaudière, sur la rivière des Outaouais.

Pour y parvenir, le groupe de travail à l’intention de «marquer» 20 à 50 anguilles par an au cours des trois prochaines années. Des récepteurs acoustiques installés de chaque côté du barrage pourront ainsi capter les mouvements des anguilles et analyser leur parcours.

«En tant que producteur d'hydroélectricité, nous avons le devoir de limiter le plus possible les répercussions de nos installations sur l'environnement, la faune et la flore et la migration naturelle des espèces», a expliqué Greg Clarke, dirigeant principal de la production d'électricité chez Énergie Ottawa.

Il faut dire que la situation de cette espèce est pour le moins préoccupante. Sa population actuelle représente environ 1 % de sa population historique.

L’anguille d’Amérique est par ailleurs le seul poisson en Amérique du Nord qui naît dans l'océan, grandit en eau douce et retourne dans l'océan pour frayer.

Dans la même catégorie