/news/currentevents

Sentence des meurtriers d'Audrey Carey

«Je n’ai jamais ressenti autant de haine»

TVA Nouvelles

Les meurtriers d’Audrey Carey, cette jeune Québécoise tuée lors d’un voyage à San Francisco en 2015, ont écopé de leur sentence le 18 avril dernier.  

Morrison Haze Lampley, Lila Scott Alligood et Sean Michael Angold ont écopé de 100 ans, 50 ans et 15 ans de prison respectivement.

Audrey Carey, 23 ans de Saint-Jean-sur-Richelieu campait au Golden Gate Park lorsqu’elle a été tuée en 2015.

Elle s’y trouvait dans le but d’assister à un festival de musique lorsqu’elle a rencontré par hasard trois jeunes avec qui elle s’était liée d’amitié. Ils la tueront plus tard après avoir volé ses effets personnels.

Le meurtre totalement gratuit, qui s’est produit à des milliers de kilomètres de chez elle, a complètement bouleversé ses proches, et particulièrement sa mère, Isabelle Tremblay, qui n’a jamais pu assister au procès.

Dix-huit mois après le meurtre, Isabelle Tremblay a raconté pour la toute première fois le drame qu’elle a vécu à l’émission le 9 Heures sur les ondes de LCN.

Elle a expliqué qu’elle n’a jamais été en mesure de se déplacer pour assister au procès des meurtriers de sa fille.

«Je me sentais totalement paralysée je ne pouvais pas m’imaginer me déplacer. Ma résidence était devenue un véritable quartier général. Je n’étais pas capable. Je me suis écoutée.»

Un geste d'une grande bonté

La maman d’Audrey a toutefois eu droit à une belle surprise cette semaine. Dans un geste spontané de bonté, sa sœur Marylène Bouchard, a pris un avion pour être présente lors du prononcé de la sentence.

«Il fallait que quelqu’un soit là pour Audrey. C’était comme si on laissait Audrey toute seule. Je comprenais très bien qu’Isabelle ne soit pas capable», a expliqué Mme Bouchard à Jean-François Guérin.

Une fois arrivée à San Francisco, la tante de la victime a été accueillie par la conjointe de Steve Carter, l’autre victime du trio de meurtriers.

«Elle est venue me chercher. Elle avait loué une maison là-bas puis j’ai dormi chez elle. On est allé au palais de justice ensemble», ajoute Mme Bouchard.

La comparution était chargée en émotions et plusieurs personnes, même les policiers «s’essuyaient les yeux». Une lettre écrite par la mère d’Audrey a été lue par le procureur.

Marylène Bouchard souhaitait ardemment croiser le regard des meurtriers, mais ils n’ont jamais daigné soulever la tête. La jeune meurtrière du trio a sangloté tout au long du prononcé.

«Je n’ai jamais ressenti autant de haine en dedans de moi. Je voulais croiser leur regard pour leur montrer l’image de la peine qu’ils avaient causée. Ils ont vu la famille de monsieur, mais ils n’ont pas vu la famille d’Audrey. Je voulais leur montrer que ce n’était pas seulement les parents qui étaient touchés», a ajouté Mme Bouchard. «Dans ma naïveté j’ai pensé que ça pouvait peut-être leur faire quelque chose».

Pour la mère d’Audrey, le fait que sa sœur se soit déplacée pour se rendre à San Francisco a été un cadeau exceptionnel.

«Je me suis dit enfin oui je suis contente que quelqu’un représente Audrey. Ç’a m’a tellement touché, c’est vraiment un grand geste d’amour.»

En fin de soirée, la journée de la comparution, la maman d’Audrey a laissé un message touchant sur sa page Facebook.

«Le processus judiciaire est terminé ... Le système judiciaire des humains a fait sa job ... Pour le reste, ce n'est que la continuité du chagrin et du vide immense qui s'est installé depuis 18 mois ... Audrey et notre famille avons été formidablement représentés aujourd'hui par ma soeur Marylène Bouchard et par des procureurs exceptionnels, Aicha et Leon, qui ont fait preuve de sensibilité, de travail acharné et de combativité depuis le début de ce cauchemar ... Sans compter le formidable et dévoué enquêteur Dicenza qui a remué ciel et terre pour retrouver ces 3 salauds. Merci infiniment a tous ceux et celles (ami(e)s réels et/ou virtuels, de près ou de loin ainsi que la famille élargie) qui m'ont / nous ont témoigné empathie, appui, gentillesse, écoute, encouragements, solidarité depuis le jour 1 où j'ai perdu l'amour de ma vie, ma complice, mon amie, mon enfant chérie .... François Berger et Maryse Boutin, en ce qui vous concerne, vous êtes mes anges, je vous serai éternellement reconnaissante xxx»

 

 

Dans la même catégorie