/news/politics

Attentat des Champs-Élysées

Philippe Couillard répète qu’il faut combattre le terrorisme

Agence QMI 

À moins de deux jours de l’élection présidentielle en France, le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, s’est refusé à faire toute prédiction que ce soit, vendredi, mais a accepté de commenter l’attentat qui a coûté la vie à un policier à Paris jeudi soir.

Au cours d’une tournée dans la région de la Mauricie, questionné à propos de l’élection dont le premier tour aura lieu dimanche, M. Couillard a affirmé que l’important pour le Québec est «le maintien de la relation privilégiée avec la France», tant au niveau bilatéral que multilatéral.

Concernant l’attentat aux Champs-Élysées, il a dit aux journalistes qu’il allait dire ce qu’il dit «à chaque fois»: «Il faut combattre le terrorisme d’abord et avant tout, et on le fait fermement avec nos alliés».

«Aujourd’hui même, au moment où on se parle, il y a des Québécois quelque part qui risquent leur vie en combattant le terrorisme. Mais il faut également prévenir les phénomènes de radicalisation et de terrorisme. [...] Ce n’est jamais simple.»

Le premier ministre a ajouté qu’en ces moments difficiles, ses pensées allaient aux pays européens ciblés par les attaques, la France notamment, de même qu’«à l’agent de police qui a été assassiné, à sa famille, et puis à la population qui doit être inquiète encore aujourd’hui».

À un journaliste qui lui a demandé s’il y avait des leçons de ce plus récent attentat en France à retenir ici au Québec, il a souligné que les attaques en solitaire sont très difficiles à prévenir, «à moins qu’on ait identifié la personne avant et qu’elle ait été dépistée par les agences de sécurité».

Chaque fois qu’il se produit des événements du genre, a-t-il ajouté, les forces policières sont en contact «pour essayer, justement, de prendre des leçons sur la réaction».

Dans la même catégorie