/news/world

#lajoutedujour

Présidentielle en France: «La Joute» parie sur Macron et Le Pen

TVA Nouvelles

À moins de 48 heures du premier tour de la présidentielle en France, l’émission «La Joute» s’est prononcée sur les chances des principaux candidats à la succession de François Hollande.

Si l’on se fie aux derniers sondages, l’écart est mince entre les quatre meneurs: le favori demeurait le centriste Emmanuel Macron, avec 24% des appuis. Il était talonné par Marine Le Pen, représentant l’extrême droite, avec 23%, suivi du candidat de la droite François Fillon (20%) et de celui de l’extrême gauche, Jean-Luc Melanchon (19%).

Quant au candidat socialiste Benoît Hamon, «la suite du président Hollande», il est tout simplement largué.

Le chroniqueur politique Luc Lavoie prédit que Macron et Le Pen vont atteindre le 2e tour, dont l’élection aura lieu le 7 mai prochain. Mais il admet qu’il pourrait se tromper et que «les deux extrêmes pourraient aussi se retrouver en finale», avance l’envoyé spécial de LCN, qui se trouve à Paris pour le jour J et qui participera à l’émission spéciale de dimanche, dès 12h30, heure du Québec.

Les extrêmes se ressemblent

«De nombreuses personnes que j’ai rencontrées hésitaient à savoir si elles voteraient pour Melanchon ou Mme Le Pen. Au fond, quand vous regardez leur programme, les deux extrêmes se ressemblent beaucoup plus: sortie de l’euro, fin de l’Union européenne, tout ça se ressemble drôlement», observe-t-il en reconnaissant que tout est possible tellement la course est serrée.

Au jeu des prédictions, son acolyte habituel de «La Joute» y va avec les mêmes choix, soit Macron et Le Pen. Il estime toutefois que Fillon pourrait causer la surprise. «Il ne faut pas sous-estimer la possibilité que la droite traditionnelle, rurale, discrète, gaulliste, se dise que Le Pen, ça va nous mener dans le trouble, ça va nous amener dans un mur, soutient Bernard Drainville. J’aime mieux la force tranquille de Fillon.»

L’animateur Mario Dumont, de nouveau à la barre de «La Joute» en remplacement de Paul Larocque, croit que la gauche va disparaître du paysage politique français dès le 1er tour.

«Je n’y crois pas beaucoup à M. Macron, je pense qu’il y a de la balloune là-dedans. Il y a beaucoup de gens qui l’appuient, dont des jeunes, mais ça manque d’historique, ils n’iront pas voter», prévoit-il en faisant son nid avec le duo Fillon-Le Pen pour le tour suivant.

Dans la même catégorie