/news/society

Un projet unique en son genre

TransMedTech: Montréal investit dans le génie biomédical

TVA Nouvelles

Un nouvel institut voit le jour à Montréal dans le domaine du génie biomédical. TransMedTech, un projet unique en son genre au Canada, vise la conception, le développement et la mise en œuvre plus rapide de solutions pour le diagnostic et le traitement de certaines maladies, notamment le cancer.

Le point fort de TransMedTech, c’est qu’il réunit des chercheurs, des médecins, des patients, des industriels et des spécialistes de la technologie médicale.

C’est une idée du professeur Carl-Éric Aubin, qui croit qu’on peut innover davantage en impliquant les patients dès le début du processus de recherche. Dans ce laboratoire novateur, communication et collaboration sont de mise: «Tous les acteurs de TransMedTech seront amenés à développer un langage commun pour pouvoir innover ensemble. On peut véritablement parler d'intelligence collective», explique-t-il.

Ce véritable «laboratoire vivant» permettrait par exemple de créer une sonde pour améliorer les opérations du cancer du cerveau.

Audrey Laurence, étudiante au doctorat à Polytechnique Montréal, explique son fonctionnement: «On a développé une sonde qui permet au chirurgien de pointer sur différentes zones dans le cerveau et ça lui indique si c’est une tumeur ou si c’est du cerveau sain.»

Même si la sonde n’en est qu’au stade des tests, elle serait déjà fiable à 90%, alors que si c’est le chirurgien lui-même qui doit déterminer les zones touchées, le taux de fiabilité serait de 67%.

L’institut TransMedTech va oeuvrer dans trois domaines en particulier: les cancers, les maladies cardio-vasculaires et les maladies musculo-squelettiques. Ces domaines représentent des défis importants de notre système de santé compte tenu du vieillissement de la population et de la complexité des maladies associées.

Soutenu à hauteur de 60 M$ par ses partenaires et de 35,6 M$ par le Fonds d'excellence en recherche Apogée Canada du gouvernement fédéral, l’institut sera principalement basé au Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine.

Le Centre hospitalier de l'Université de Montréal et l'Hôpital général juif de Montréal collaborent également au projet.

Dans la même catégorie