/finance/realestate

Rapport de la SCHL

Marché de l’habitation: surévaluation en baisse à Montréal et à Québec

  Normand Rhéaume | TVA Nouvelles

Les signes de surévaluation du marché de l’habitation ont diminué dans les régions métropolitaines de recensement de Montréal et de Québec, selon le nouveau rapport trimestriel de la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL).

Dans ces deux régions métropolitaines, l’équilibre entre la conjoncture économique et les prix des habitations s’est amélioré.

Montréal présente désormais de faibles signes de conditions problématiques, selon la SCHL.

Dans l’ensemble du Canada, l’indicateur de la surévaluation est passé d’élevé à modéré, même si les signes globaux de conditions problématiques demeurent élevés.

La croissance des prix en glissement annuel a diminué à un taux d’environ 4 %.

Les signes de surévaluation sont modérés à élevés dans l’Ouest du pays et dans le sud de l’Ontario, alors qu’ils sont faibles dans l’Est du pays.

Dans la région de Montréal, l’augmentation des prix demeure modeste, bien que le récent resserrement du marché de l’habitation ait accentué la hausse des prix. Les signes de surévaluation sont maintenant faibles.

«L’accélération de la croissance démographique chez les jeunes adultes, conjuguée à la hausse du revenu personnel disponible, indique que les prix des logements ont atteint des niveaux correspondant davantage aux facteurs fondamentaux», explique la SCHL.

Le taux d’inoccupation s’est stabilisé en octobre 2016 et les stocks de copropriétés achevées et invendues ont continué de diminuer par rapport à leurs niveaux élevés antérieurs.

Dans la région métropolitaine de recensement de Québec, il y avait toujours des signes modérés de conditions problématiques au quatrième trimestre de 2016. Les signes de surévaluation sont passés d’élevés à modérés.

Les prix des logements étaient modérément supérieurs aux niveaux correspondant aux facteurs démographiques et économiques fondamentaux.

Les signes de construction excessive sont demeurés faibles dans la région de Québec, mais, selon le rapport de la SCHL, «l’évolution de la situation est à surveiller de près compte tenu du niveau soutenu de construction du côté des logements locatifs traditionnels et de la nette tendance à la hausse du taux d’inoccupation, particulièrement pour les logements récemment construits.»