/regional/estrie

Sherbrooke

50 000$ pour sauver une banque alimentaire

TVA Nouvelles

La contribution d'une généreuse donatrice permet de sauver le service d'aide alimentaire de Sherbrooke, a appris TVA Nouvelles. Véritable bénédiction pour l'organisme, qui avait mis la clé sous la porte. Mais le cri du cœur de la directrice sur nos ondes a trouvé écho.

«C'est très généreux, 50 000 dollars! On ne se le cachera pas», explique Marie-Chantal Goulet, la directrice du Service d'aide alimentaire de Sherbrooke.

Un cadeau inespéré pour le Service d'aide alimentaire de Sherbrooke: une donatrice anonyme vient de remettre la somme de 50 000 dollars, laquelle permettra la réouverture de l'organisme le 17 mai et la poursuite des activités pour un an.

«Pour nous, [cette personne] est un ange. C'est un ange cette dame-là. De pouvoir donner ça, et d'avoir à cœur une cause comme la nôtre, ça nous touche beaucoup, beaucoup, beaucoup», ajoute Mme Goulet.

Chaque mois, on estime à environ 350 le nombre de personnes ayant besoin du service d'aide alimentaire. 

«Depuis deux semaines, c'était très intense et émotif à l'organisme, les gens pleuraient. Alors j'ai hâte de les revoir et de leur dire que finalement ça reste ouvert. C'est une bénédiction pour beaucoup de gens», raconte Mme Goulet.

La fin des activités, jeudi dernier, laissait un vide alimentaire au centre-ville de Sherbrooke. Pour combler les besoins, l'Armée du Salut, un service complémentaire, se préparait à prendre la relève.

«Sur la rue Wellington, on a toujours eu de grands besoins. On ne veut pas laisser les gens sans nourriture, pour nous c'est vraiment important», explique Anne-Marie Dagenais, la directrice de l'Armée du Salut de Sherbrooke.

«Il y a beaucoup de misère, ce n'est pas évident», explique Daniel, qui bénéficie occasionnellement des services de l'Armée du Salut. Sur le terrain, il constate tous les jours l'ampleur de la détresse.

Actuellement, le premier sous-sol de l'Armée du Salut sert de magasin général. Mais on espère prochainement transformer cette pièce en une épicerie sociale. L’endroit a un grand potentiel.

«Les gens vont pouvoir venir choisir leurs aliments à la place de recevoir juste une boîte. Et aussi, on veut tout restructurer. On fait des dons de meubles et de vêtements, et on veut tout faire ça sur le même étage», ajoute Mme Dagenais.

L'Armée du Salut a besoin de 90 000$ pour réaliser le projet. Un Ramasse-dons aura lieu les 6, 13, et 20 mai prochains pour recueillir des fonds. Les articles seront vendus le 3 juin.

-D’après un reportage de Shanny Hallé