/news/law

Avortement du procès de Jonathan Mahautière

«C’est comme si on avait encore tué Gabrielle» - sa mère

TVA Nouvelles

La mère de Gabrielle Dufresne-Élie doit composer depuis trois ans avec la douleur d’avoir perdu un enfant. Sa fille de 17ans a été étranglée à mort par son ex-petit copain Jonathan Mauhautière dont le procès a avorté, hier. Marlène Dufresne replonge dans le chagrin.

«C’est une grosse déception. Je suis très éprouvée mentalement. Les délibérations ont duré huit jours. Notre vie a été coupée de la réalité, on vivait comme dans une bulle. Quand on a dit que les jurés n’arrivaient pas à s’entendre, c’est comme si on avait encore tué Gabrielle», se désole la maman moins de 24 heures après la dissolution du jury.

Plus les délibérations s’étiraient, plus Marlène Dufresne doutait de l’issue du procès. Jonathan Mahautière, 21 ans, était accusé de meurtre au deuxième degré, mais son avocat Clemente Monterosso a démontré dans sa preuve que le jeune homme n’avait pas l’intention de tuer Gabrielle, qu’il s’agissait d’un homicide involontaire.

Confiance en la justice

«J’ai une grande douleur, mais je suis rassurée. Je tiens à remercier les jurés de leur travail, il y en a qui ont tenu leur bout, leurs convictions, leurs valeurs, celles de la société. On a de gros changements à faire. Quand on pose un geste, il faut l’assumer. La cause était complexe, mais pour moi un verdict d’homicide involontaire n’est pas acceptable», tranche Marlène Dufresne.

Me Monterosso a déclaré aux médias, hier au sortir du tribunal, qu’il souhaitait s’entendre avec la Couronne afin que son client plaide coupable à une accusation d’homicide involontaire afin d’éviter la tenue d’un second procès.

La mère de Gabrielle y est opposée, mais entend laisser la procureure de la Couronne, Geneviève Dagenais, décider de ce qu’il y à faire. Sereine, elle est prête à affronter un deuxième procès. «Je sais comment ça se passe, je ne serai pas toujours obligée d’être là. Je vais laisser la justice suivre son cours. Je fais totalement confiance à Me Dagenais qui a fait un travail remarquable», fait savoir Mme Dufresne.

Bombe à retardement

«Il [Jonathan Mahautière] a passé trois ans en dedans, il connait les ficelles, les trucs, il sait comment ça fonctionne. Pour moi, il est une bombe à retardement, le jour où il va sortir», est convaincue la maman de Gabrielle.

Inébranlable ce matin en entrevue, Marlène Dufresne sait malgré tout que le printemps ne sera pas facile. «Je crois que ça va prendre quelques jours ou quelques mois pour m’en remettre», conclut-elle.

Dans la même catégorie