/news/society

Bulletin scolaire

Pas de note inférieure à 45 %: une mesure controversée

Shanny Hallé | TVA Nouvelles 

Il est impossible d'inscrire une note inférieure à 45 % sur le bulletin scolaire de plusieurs écoles du Québec pour ne pas nuire à la motivation des élèves, selon ce qu'a appris le «Journal de Montréal». Est-ce une bonne raison? Les avis sont partagés.

Nicole Nantais, est une ancienne enseignante. Elle se soucie grandement de l'éducation de son petit-fils.

Dans certaines écoles du Québec, impossible d'avoir moins de 45 % sur son bulletin. Le but: éviter que les élèves en difficulté soient démotivés.

«Qu'on ne mette pas de notes en bas de 40 %, de un, la réalité fait en sorte qu'il y a des enfants qui sont en difficulté et qui ne peuvent pas monter d'un niveau à l'autre automatiquement, c'est indéniable. C'est impossible, car ils n'ont pas les acquis», a expliqué Nicole Nantais, une enseignante à la retraite.

Selon la Loi sur l'instruction publique, c'est aux directions d'école de choisir les normes et les modalités, d'après les propositions des enseignants. Ce n'est pas aux commissions scolaires de l'imposer. C'est donc différent d'une école à l'autre. Par exemple, ici à l'école de Carillon, à Sherbrooke, ça ne fait pas partie des pratiques.

Certains experts en éducation parlent de maquillage de la réalité. Cette mesure ne fait pas l'unanimité.

«Déjà, l'enfant va se comparer avec la moyenne générale. Il y a une différence entre un 10 % quand la moyenne est de 70 %, versus un 50 %. Pour un enfant, l'estime de soi va aller jouer beaucoup là-dessus», a expliqué une mère.

Chaque année, les écoles doivent atteindre des cibles. Ces résultats biaisés modifient la moyenne vers le haut.

«Il y a des réalités, est-ce que ça correspond, à 45 %, à 40 %, à 57 %, a demandé Mme Nantais. Vous voyez que c'est un gros problème.»

Dans la même catégorie