/regional/sherbrooke/estrie

Météo maussade

Le printemps fait la vie dure aux commerçants

Isabelle Dorais | TVA Nouvelles

Nombreux sont ceux pour qui, cette année, mai n'invite pas à la dépense. Depuis le début du mois, il n'y a eu qu'une seule journée sans pluie. 

D'ordinaire, le cinquième mois de l’année en est un où les ventes atteignent des sommets: en 2016, 10,5 milliards ont été dépensés par les Québécois. Ça représente 400 000 dollars de plus que le mois de décembre.

Mais en 2017, les conséquences du printemps maussade et du froid pour le commerce de vente au détail sont sans équivoque. 

De passage à l'heure du dîner au centre-ville de Sherbrooke, rue Wellington Nord, TVA Nouvelles a constaté que les terrasses étaient désertes et que les passants pressaient le pas en raison des 7 degrés affichés au thermomètre.

«Pour les restaurateurs, tout ce qui est dépenses de plaisir sur les terrasses, malheureusement, ce sont des pertes nettes», soutient Bruno Therrien, directeur général du Groupe Investors. «On vend des robes, des camisoles et des sandales. Il fait 10 dehors et ce n’est pas normal», rapporte Jean-François Bédard, de la boutique Glorius.