/finance/homepage

Départ du président du c.a. demandé

Nouveau désaveu pour Bombardier

Philippe Orfali | Agence QMI

Le coup d’éclat de la Caisse de dépôt et placement du Québec a fait boule de neige. Après d’autres actionnaires majeurs, l’Office d’investissement du Régime de pension du Canada (OIRPC), le plus important investisseur institutionnel au pays, demande lui aussi le départ du président du c.a. de Bombardier, Pierre Beaudoin, et votera contre d’autres mesures, jeudi matin.

Voyez l’extrait de l’émission «La Joute» dans la vidéo ci-dessus

La Caisse de dépôt, le Fonds FTQ, le régime de retraite des enseignants de l’Ontario (Teachers’) et maintenant l’OIRPC se mobilisent pour exiger le départ de Pierre Beaudoin et des changements fondamentaux à la rémunération des grands patrons de Bombardier.

Cette intervention survient à moins de 24 heures de la tenue de l'assemblée annuelle des actionnaires de l'entreprise, jeudi matin à Montréal.

L’OIRPC détient 8,2 millions d’actions de Bombardier, selon les données du 31 mars dernier. Il ne souhaite pas le renouvellement du mandat de M. Beaudoin et de ceux des administrateurs Vikram Pandit, ex-PDG de Citigroup, et Patrick Pichette, anciennement de Google. L’OIRPC ne précise pas ce qui motive son vote.

Elle votera aussi contre la politique de rémunération des hauts dirigeants de l'entreprise, élément déclencheur de la controverse, et la création d’un «Comité d’opportunités stratégiques» souhaitée par le conseil actuel.

La pression à son comble

Tout ceci est symbolique, car la famille Beaudoin-Bombardier contrôle la majorité des votes de l’assemblée. Mais face à la pression qui s’accentue, il est difficile d’imaginer qu’elle ignore complètement les pressions pour réformer l’entreprise.

Comme les autres investisseurs institutionnels, l’OIRPC soutient la réélection d’Alain Bellemare à la tête de l’entreprise.

D’ailleurs, l’OIRPC fait partie des actionnaires qui demandent qu’on dévoile les résultats des divers votes de jeudi selon les types d’actions, ce qui permettrait de démontrer qui appuie la politique de rémunération et qui la désavoue, la famille Beaudoin-Bombardier détenant des actions multivotantes.

L’OIRPC est un organisme de gestion de placements professionnel qui place, pour le compte de 20 millions de cotisants, les fonds dont le Régime de pensions du Canada (l’équivalent de la Régie des rentes du Québec) n’a pas besoin pour verser les prestations de retraite courantes. Au 31 décembre 2016, la caisse du RPC s’élevait à 298,1 milliards $.

Dans la même catégorie