/news/politics

Élections

«Ensemble on fait reculer le Québec»: Me Lebel dans une pub de la CAQ

Alain Laforest | TVA Nouvelles

Pub de la CAQ: les libéraux contre-attaquent

La Coalition Avenir Québec (CAQ) a l'intention de tenter d'imposer le thème de l'intégrité au cours des prochains mois.

TVA Nouvelles a mis la main en exclusivité sur une publicité destinée aux médias sociaux qui met en vedette les députés Natalie Roy et Éric Caire ainsi que l'ex-procureure en chef de la commission Charbonneau, Sonia Lebel.

La publicité reprend le thème de campagne du gouvernement libéral: «Ensemble on fait avancer le Québec» pour le remplacer par: «Ensemble on fait reculer le Québec».

Dénoncer 15 ans de régime libéral

En utilisant des infographies, on écrit que le PLQ est le parti de la corruption, du copinage, de la corruption, des scandales et des enveloppes brunes depuis 15 ans.

Avec cette campagne, les stratèges caquistes veulent positionner leur parti comme représentant l'alternative.

«Nous on veut sortir de cette mauvaise habitude qu'on les vieux partis de toujours gâter leurs petits amis», déclare la députée de la CAQ de Montarville Nathalie Roy dans la publicité.

«Ce qui écœure les Québécois c'est le gaspillage de fonds publics, pis a chaque fois qu'on pose des questions il y a personne qui est responsable de ça», ajoute le député de La Peltrie Éric Caire.

Un coup de force de la CAQ

Pour une première fois, les stratèges de la CAQ décident de mettre à l'avant-scène la chef de cabinet adjointe de François Legault, Me Sonia Lebel procureure vedette qui s'est démarquée par son style lors de la commission Charbonneau.

«Il faut de l'intégrité à tous les niveaux dans l'octroi des contrats publics», dit l'avocate devenue conseillère de la CAQ en février dernier.

«Il a été très clair avec Mme Lebel, Me Lebel, dès le début que moi je ne veux pas avoir accès a des informations confidentielles. Cependant elle a de l'expérience et puis oui je l'ai consulté», a souligné le chef de la CAQ dans un point de presse la semaine dernière.

«Au Québec, de façon générale, une publicité qui fonctionne mieux, c'est une publicité ou il y a de l'humour un peu. Là il n'y en a pas, c'est sérieux, c'est grave. Mais en même temps l'enjeu c'est de définir, on se sert des publicités comme ça pour définir l'adversaire, pour définir l'enjeu sur lequel on va cadrer le débat politique», analyse le professeur Éric Montigny du département de Sciences politiques de l’Université Laval.

«Charest était un maître de ça», souligne le professeur.

Pour l'universitaire, la présence d'une proche conseillère de Francois Legault qui a joué un rôle aussi important durant la commission Charbonneau est présage d'une candidature.

«Si elle n'est pas candidate à la prochaine élection, ce serait très difficile à justifier. Est-ce que c'est l'influence des élections à date fixe», s'interroge le professeur Montigny. «L'objectif d'une élection à date fixe ce n'est pas de devancer le calendrier électoral», conclut-il.

Les stratèges caquistes laissent entendre qu'ils vont récidiver avec des pubs sur la santé, l'éducation, et utiliser les médias sociaux pour séduire les électeurs sensibles à leur message et tenter de se définir comme étant l'alternative aux libéraux.

Dans la même catégorie