/news/currentevents

La chimiste aurait donné de fausses informations à la SQ

Karine Major pourrait être accusée de méfait public

TVA Nouvelles et QMI

Karine Major, qui a fait l’objet d’intensives recherches de la part des crimes majeurs de la Sûreté du Québec, pourrait devoir répondre d’une accusation criminelle pour méfait public. La chimiste de 26 ans de Rimouski a été arrêtée par la GRC en Saskatchewan.

«Le fait de quitter sans avertir personne, ce n’est pas un crime», a mentionné le porte-parole de la SQ, Claude Doiron. «Toutefois, elle pourrait être accusée de méfait public pour avoir donné de fausses informations aux policiers de la SQ durant son interrogatoire en Saskatchewan», a précisé le sergent Doiron.

La jeune femme a été arrêtée par la GRC. Par contre, si elle devait être accusée, elle le sera au Québec par le Directeur des poursuites criminelles et pénales.

Les raisons de sa fuite du Québec n’ont pas été révélées, ni la nature des fausses informations qu’elle aurait transmises aux policiers et qui les auraient mené à ouvrir une enquête.

Elle a été libérée et confiée à des membres de sa famille dans cette province de l’Ouest, a dit la SQ.

Sa soeur Annie Major a écrit en privé sur Facebook à notre journaliste. «Karine est avec nous, c’est ça l’important. Je ne répondrai plus aux messages privés à ce sujet. Merci de votre compréhension», a-t-elle fait savoir ce midi  à la suite des événements.

Petit village de l'Ouest

La jeune femme était portée disparue depuis le mardi 9 mai. Sa famille avait alerté les autorités, car elle n’était pas entrée au travail et n’avait plus donné signe de vie depuis.

Hier, il a été possible d’apprendre que c’est grâce à la vigilance d’un ou des citoyens d’un petit village de la Saskatchewan que Karine Major a pu être localisée.

Les Saskatchewanais ont cru reconnaître la Québécoise dont la disparition était abondamment médiatisée depuis la semaine dernière. Ils ont appelé la Gendarmerie royale du Canada, qui est le corps de police qui couvre le secteur.

«Les policiers de la GRC qui se sont rendus sur place ont identifié Karine Major. Ils l’ont conduite à l’hôpital», précisait, mercredi le sergent de la SQ, Claude Doiron.

D’après ce que les policiers ont appris au conjoint de la disparue, Alexandre Livernoche, son amoureuse était en bonne condition physique, mais elle était un peu confuse.

Les enquêteurs des crimes majeurs de la SQ accompagnés d’Annie Major, la sœur de Karine Major ainsi que de son conjoint, s'étaient envolés hier pour la Saskatchewan afin de rencontrer la Rimouskoise.

Qu'est-ce qu'un méfait public?

Voici ce qu’est en substance une accusation de méfait public tel que stipulé par l’article 140 du Code criminel :

Amène un agent de la paix à commencer ou continuer une enquête pour les motifs suivants:

- en faisant une fausse déclaration qui accuse une autre personne d’avoir commis une infraction;

- en accomplissant un acte destiné à rendre une autre personne suspecte d’une infraction qu’elle n’a pas commise, ou pour éloigner de lui les soupçons;

- en rapportant qu’une infraction a été commise quand elle ne l’a pas été;

- en rapportant, annonçant ou faisant annoncer de quelque autre façon qu’il est décédé ou qu’une autre personne est décédée alors que cela est faux;

 

 

 

Dans la même catégorie