/news/culture

Présenté dans le Vieux-Port

«Montréal Avudo»: l’art de dompter les eaux

Caroline Vigeant | Agence QMI

Un brasier qui prend naissance dans les eaux, c’est possible dans le conte onirique de la compagnie Finzi Pasca présenté dans le Vieux-Port de Montréal jusqu’au 2 septembre.

Dès la tombée du jour, on est happé dans le songe d’une petite Iroquoienne, au regard immense sur les 104 conteneurs maritimes empilés sur le quai des convoyeurs.

Grâce à un dispositif sophistiqué dans le bassin de la Jetée 1, les images (dessins, archives, images 3D) se juxtaposent sur quatre murs d’eau d’une hauteur de 30 mètres.

Pendant 30 minutes, on traverse une quinzaine de chapitres sans chronologie ni autre fil conducteur que le fleuve Saint-Laurent.

Le vent intervient également dans le spectacle, et ce, de splendide façon. Les chevaux au galop dessinés par Francis Bach y ondoient, fantomatiques, avec leur silhouette fuyante, dans une brume de 120 000 pieds carrés avant d’aboutir sur les tapis roulants du spectacle de Futurity Winner au Théâtre Orpheum. Les transitions fluides (littéralement!) portent la signature du metteur en scène Daniele Finzi Pasca dans leurs jeux de transparence.

Les incendies

Ce sont sans contredit les incendies de Montréal qui donnent lieu aux scènes les plus fortes. L’évolution architecturale de la ville se déploie dans des flammes toujours plus hautes et sur la musique de Maria Bonzanigo, enregistrée avec l’Orchestre Métropolitain.

La remise de la canne au pommeau d’or en 1848 au premier capitaine qui s’amarrait au port après l’hiver retient l’intérêt, car on découvre Montréal coupée du monde jusqu’à la fonte des glaces et du premier bateau qui lui apporte des nouvelles d’Europe et des victuailles, dont elle a épuisé les réserves.

Épicerie ambulante

Les bruits ambiants aussi nous plongent dans le temps. Par exemple, l’activité à la taverne de Joe Beef, qui accueille sous son toit des gens de toutes les origines, parmi lesquels des ouvriers du canal Lachine. Entendre la voix de La Bolduc, suivi de la chanson thème de la soirée du hockey fait sourire.

L’anecdotique a été préféré aux personnages officiels, comme en font état les passages furtifs de Charles-Théodore Viau, qui vend ses biscuits à l’aréna de Westmount et d’Ida Steinberg avec son épicerie ambulante.

«À la claire fontaine», des Petits chanteurs du Mont-Royal, vient clore le spectacle conçu pour le 375e anniversaire de Montréal et qui peut accueillir sous réservation 1400 spectateurs dans ses gradins et 400 autres au parterre.

Dans la même catégorie