/finance/homepage

Aviation

Washington enquête sur les importations des avions Bombardier

Agence France-Presse

Les États-Unis ont annoncé jeudi l'ouverture d'une enquête antidumping visant les importations d'avions commerciaux Bombardier, ajoutant au contentieux commercial grandissant entre les deux pays voisins.

Lancées après une plainte de l'américain Boeing, les investigations devront déterminer si le constructeur canadien vend à perte ses appareils de 100 et 150 places aux États-Unis et s'il bénéficie de subventions publiques illégales, a détaillé le département au Commerce américain dans un communiqué.

«Le marché américain est le plus ouvert sur le monde, mais nous devons agir quand les règles sont enfreintes», a déclaré le secrétaire au Commerce Wilbur Ross, cité dans le communiqué.

Fin avril, Boeing avait déposé une plainte contre Bombardier, l'accusant de vendre son dernier avion CSeries en dessous de ses coûts de fabrication et d'avoir reçu plus de 3 milliards de dollars de subventions publiques.

La plainte portait sur deux avions de la gamme CSeries, le CS100 et le CS300, qui viennent concurrencer frontalement le B737 du constructeur américain comme la famille des Airbus A320.

Les autorités canadiennes avaient catégoriquement rejeté ces accusations.

«Tout en faisant en sorte que cette affaire sera tranchée sur la base d'un examen complet et équitable des faits, nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour soutenir les entreprises américaines et leurs salariés», a commenté M. Ross dans son communiqué.

Il appartiendra d'abord à la Commission américaine internationale pour le Commerce (USITC) de rendre une première évaluation d'ici au 12 juin avant que le ministère du Commerce ne se saisisse du dossier si des violations ont été constatées.

De premières mesures de rétorsion pourraient alors être décidées en octobre prochain, assure le ministère dans son communiqué.

Cette annonce intervient le jour même où les États-Unis ont formellement lancé le processus de renégociation de l'accord de libre-échange ALÉNA qui les lie au Canada et au Mexique.

Les relations commerciales entre Washington et Ottawa sont par ailleurs actuellement mises à rude épreuve par l'imposition de taxes américaines sur les importations de bois de construction canadien et la menace de rétorsions contre les producteurs de lait canadiens.