/news/law

Double meurtre

EXCLUSIF | Guy Turcotte plaide la maladie mentale pour passer moins de temps en prison

TVA Nouvelles

Guy Turcotte utilise l’argument de sa maladie mentale pour demander à la Cour d'appel de réduire la longueur de sa détention avant de pouvoir obtenir une libération conditionnelle, en se rapprochant du minimum de 10 ans.

Ainsi, l’homme ne porte pas en appel le verdict de culpabilité, mais veut pouvoir demander une libération conditionnelle plus tôt.

Rappelons que le 6 décembre 2015, l’ex-cardiologue était trouvé coupable du meurtre non prémédité de ses enfants, Olivier et Anne-Sophie. En janvier 2016, le juge André Vincent le condamnait à la prison à vie, sans possibilité de libération conditionnelle avant 17 ans.

Dans des documents déposés à la Cour la semaine dernière, ses avocats soulignent que la peine de 17 ans «n'est manifestement pas indiquée et découle des erreurs de principe commises par le juge du procès».

Plus spécifiquement, écrivent les avocats, le juge ne tient aucun compte de la maladie mentale de Turcotte ni de sa crise suicidaire au moment de causer la mort de ses enfants dans ses motifs pour établir cette période.

Une erreur qui mène à une période d'inadmissibilité déraisonnable, selon eux.

Ils ajoutent que le seul critère de la gravité des infractions ne milite pas pour une si longue période.

Le juge aurait fait erreur en disant que le jury a conclu que les meurtres ont été commis de sang-froid, comme la défense de non-responsabilité criminelle a été rejetée.

-D'après les informations de Mathieu Belhumeur

 

Dans la même catégorie