/news/law

Fin tragique dans un party à Lévis

Morte d'une surdose de drogue et d’alcool, confirme le coroner

Nicolas Lachance | Agence QMI

La jeune femme de 22 ans qui a été retrouvée morte dans un appartement de Lévis en janvier 2016 a été victime d’une surdose d’alcool, de cocaïne et de GHB, confirme le rapport du coroner qui vient d’être publié.

C’est le jour même où elle s’apprêtait à s’envoler pour la Thaïlande qu'Évelyne Paradis ne s’est jamais réveillée, alors qu’elle était couchée sur le divan chez une amie.

L’employée du Centre des congrès de Lévis avait participé à son party de Noël, avant de se rendre chez une collègue et amie avec un petit nombre de personnes pour continuer la fête.

«Selon les témoins, cette dernière avait consommé de l’alcool tôt dans la soirée et d’autres psychotropes plus tard dans la nuit, avant de quitter pour poursuivre la fête chez une amie», souligne le rapport de la coroner Francine Baillargeon.

Après la fête, les témoins ont également mentionné qu'Évelyne Paradis était déjà en état d’ébriété avancé.

«Dès leur arrivée à l’appartement de l’amie, Mme Paradis et trois autres personnes ont consommé de l’alcool et des psychotropes dont notamment de la cocaïne et du GHB, jusqu’au matin du 23 janvier 2016», explique le document. Les avis toxicologiques effectués durant l’autopsie d'Évelyne ont confirmé la présence de ces substances dans son organisme. Il s’agit d’une surdose de GHB, contaminé par l’alcool et la cocaïne ce qui a provoqué un arrêt respiratoire chez la jeune victime.»

Dans la même catégorie