/news/culture

Cinéma

«Alerte à Malibu»: Plongée dans les années 1990

Isabelle Hontebeyrie | Agence QMI

Série télévisée qui popularisa Pamela Anderson et David Hasselhoff dans les années 1990, «Alerte à Malibu» fait l’objet d’une modernisation cinématographique. Surfant sur la nostalgie et les clins d’œil, le long métrage avec Dwayne Johnson, Zac Efron et Priyanka Chopra, réalisé par Seth Gordon, se veut un hommage moderne.

Cela fait une quinzaine d’années que l’idée d’un film «Alerte à Malibu» flotte dans les couloirs des studios. Quinze ans d’atermoiements, d’hésitations et de projets mort-nés depuis la fin de la série en 2001 qui ont finalement abouti. Comme le commentait Seth Gordon - le réalisateur derrière «Méchants patrons» ou «Vol d’identité» - en parlant aux journalistes sur le plateau du long métrage, «nous avons désormais assez de recul pour susciter de la nostalgie.»

Pas question, donc, de tomber dans la parodie. Les clins d’œil sont là et assumés, mais l’esprit d’«Alerte à Malibu» a été conservé. Ainsi, Mitch Buchannon (Dwayne Johnson) est à la tête des sauveteurs. Il n’est pas toujours d’accord avec sa jeune recrue, Matt Brody. Les deux hommes, ainsi que les sauveteuses, croiseront le chemin de trafiquants de drogue dont ils tenteront d’arrêter les activités.

De muscle et de bronzage

Respectant à la lettre la tradition de la série, les deux vedettes masculines, Dwayne Johnson et Zac Efron, ont un physique des plus enviables. Les deux acteurs se sont d’ailleurs livrés à une compétition amicale pendant le tournage, Zac Efron soulignant qu’il avait dû se lever à 5 h tous les matins pour s’entraîner. «Après tout, je devais lui faire face», avait-il lancé.

Chez les femmes, la pression a été tout aussi forte, les sauveteuses passant des semaines à courir et à soulever des poids pour affiner leur silhouette. Car le maillot de bain iconique ne laisse passer aucun défaut. Kelly Rohrbach, qui reprend le rôle de CJ, tenu en son temps par la sculpturale Pamela Anderson, n’hésitait pas, l’an dernier, à dévoiler certains secrets. «Il nous faut une heure pour enfiler le maillot, il doit être collé», avait-elle confié.

«[Le design] a été un processus. Il a été cousu et refait 10 fois. L’équipe voulait le revamper et le rendre beaucoup plus moderne. Ils ont ainsi ajouté une fermeture éclair. Au départ, il possédait même un col, mais ça a été enlevé. Au total, ça a pris un mois avant d’avoir le bon modèle de maillot.»

Personne ne s’en cachait en mars dernier sur le plateau, «Alerte à Malibu» est une comédie osée, aux États-Unis, le long métrage sera classé «R», c'est-à-dire interdit aux moins de 13 ans. Les plaisanteries salées pullulent... ainsi que les ralentis.

Par contre, ainsi que le soulignait Seth Gordon, les ralentis ne seront pas réservés aux jolies sauveteuses. «Il y aura beaucoup de scènes de ralenti pour les personnages masculins. Nous sommes en 2016 après tout!». Et c’est en plongeant dans les archives de la série télévisée que le cinéaste a appris la raison pour laquelle cet effet avait autant été utilisé à l’époque!

«Les créateurs avaient prévenu [la production] qu’ils n’avaient pas assez de matériel pour faire durer les épisodes 44 minutes! Les ralentis ont donc servi à rallonger le tout... et ils sont devenus la marque de commerce de la série.»

Des visages familiers

«Oui, il y a beaucoup plus de pression pour une réinvention, un «reboot», que pour un projet original. Tout le monde a des attentes élevées», avait indiqué Zac Efron.

Impossible donc, dans ce contexte, de ne pas avoir une apparition de David Hasselhoff et de Pamela Anderson dans le long métrage. Si aucun des deux acteurs n’a parlé aux nouveaux interprètes, ils ont eu des contacts amicaux avec Seth Gordon avant le début du tournage.

«Au départ, Hasselhoff était très hésitant, mais aujourd’hui, je reçois un courriel de sa part tous les jours me disant qu’il veut revenir», disait le réalisateur en mars 2016. Quant à Pamela Anderson, ce sont les producteurs qui l’ont finalement convaincue de se montrer.

Mais ces apparitions ne signifient pas que le long métrage est semblable à la série. Comme n’hésitait pas à le dire Kelly Rohrbach, «le ton du film est très différent de l’original». Reste à voir si la formule fonctionnera auprès des fans.

«Alerte à Malibu» s’échoue dans les salles obscures de la province le 25 mai.

Dans la même catégorie