/news/culture

Déménagement, premier album, nouveau spectacle

«''La Voix'' ne m’a apporté que du positif» - Yvan Pedneault

Matthieu Lévesque | Agence QMI

Joël Lemay / Agence QMI

Déménagement, premier album, nouveau spectacle... Un an après sa participation à la finale de «La Voix», Yvan Pedneault a vu sa vie changer du tout au tout. Plus heureux que jamais, le chanteur et père de famille dresse un bilan de la dernière année.

C’est un Yvan Pedneault aussi excité qu’impatient qui nous a accueillis aux studios Piccolo, à Montréal, quelques jours avant le lancement de son premier album éponyme. Le chanteur, qui était toujours serveur dans un restaurant en Ontario avant sa participation à «La Voix», vit l’une des plus belles périodes de sa vie.

«Cet album est tellement significatif pour moi. J’ai découvert ma voix il y a maintenant 20 ans. J’ai eu des hauts dans ma carrière, mais aussi beaucoup de bas. Quand j’étais petit, je m’imaginais chanter dans des salles remplies de gens. Et je sens que ce moment est enfin venu.»

Un coach présent et disponible

L’ancien coach d’Yvan, Marc Dupré, s’est beaucoup impliqué dans la production de cet album, qui a entièrement été réalisé par Gautier Marinof. «Marc signe plusieurs mélodies et textes sur le disque, et je l’ai souvent consulté parce que son opinion est très précieuse pour moi. Nelson Minville, Jérôme Couture et Amélie Larocque ont aussi participé à l’album. J’ai coécrit certaines pièces, mais dans le cas contraire, ce sont toutes des chansons auxquelles je peux m’identifier.»

L’artiste admet qu’il a pris un certain temps à trouver un style musical qui lui collait à la peau. «La démarche que nous avons utilisée est assez particulière. J’ai participé à toutes sortes de comédies musicales et de spectacles-hommages dans ma carrière, donc je peux chanter à peu près n’importe quoi. Mais comme je n’ai jamais eu à écrire de chansons, je ne savais pas où me diriger. On me connaît surtout pour mes reprises de vieux succès rock, mais je ne pouvais pas faire un album complet dans ce style. Nous avons donc fonctionné par essais et erreurs. Pop, country, folk, rock, blues: tous les styles y ont passé, et nous avons finalement conservé des chansons dans chacun des styles. Mais ultimement, c’est un album pop folk. J’interprète aussi deux chansons originales anglophones. J’ai habité 10 ans en Ontario et j’ai plusieurs fans là-bas. Ma femme, ma fille et ma belle-famille sont anglophones, et je trouvais ça important de les inclure.»

Une nouvelle vie

Yvan affirme sans hésiter que l’expérience de «La Voix» n’a eu que des effets positifs sur sa carrière et sur sa vie personnelle.

«''La Voix'' ne m’a apporté que du positif. Je suis entouré d’une équipe de feu, je lance mon premier album, je viens d’entamer ma première tournée en tant qu’artiste solo... D’autant plus que ça m’a permis de déménager ma petite famille au Québec. Après des années à voyager partout dans le monde pour le travail, ce qui m’obligeait à quitter ma famille durant de très longues périodes, je suis très heureux d’être revenu ici et de pouvoir dormir à la maison après mes spectacles.»

L’artiste ne le cache pas, sa femme, Kelly, et sa fille, Élyse, qui sont anglophones, ont dû s’adapter à leur nouvelle vie au Québec. «Ça fera un an à la fin juin que nous habitons à L’Assomption, mais je crois qu’elles sont encore en période d’adaptation. Ma fille ne suit pas encore de cours de français, mais elle apprend énormément à la garderie. Elle travaille très fort. Elle parle beaucoup en “franglais”, et c’est vraiment cute!»

La petite famille ne pourra malheureusement pas prendre de vacances cet été, puisqu’en plus de sa tournée solo, Yvan participera à un tout nouveau spectacle. «Je fais partie de la distribution de «Britishow», avec Pascal Dufour, Renee Wilkin et Marc-André Fortin. C’est la version britannique d’«American Story Show». Je suis très chanceux de pouvoir revivre ce genre de trip de gang, tout en présentant ma tournée solo. C’est le meilleur des deux mondes.»

Dans la même catégorie