/regional/homepage

Plus de 180 marches dans le monde

Marches citoyennes pour réclamer l'étiquetage obligatoire des OGM

Agence QMI

Des manifestations ont eu lieu samedi dans quatre villes du Québec «pour dénoncer le contrôle de quelques grandes multinationales des biotechnologies, comme Monsanto, sur notre système agroalimentaire», et pour réclamer l’étiquetage obligatoire des produits contenant des OGM.

Les manifestants se sont rassemblés à Montréal, Québec, Thetford Mines et Saint-Georges, en Beauce sous le thème «Nous sommes plus forts que Monsanto!». Plus de 180 marches du genre ont aussi eu lieu samedi dans une trentaine de pays à travers le monde.

À Montréal, ils étaient quelques centaines à s’être présentés au square Dorchester, au centre-ville, avant de marcher vers la place des Festivals où l’événement a pris fin. À Québec, ce sont plus de 150 personnes qui ont marché dans les rues de la ville. Les manifestants sont partis du parlement et se sont arrêtés devant le bureau du ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation sur le chemin Sainte-Foy.

Les organisateurs de ces marches citoyennes soutiennent que les entreprises du secteur des biotechnologies «promeuvent l’utilisation massive de la chimie et des pesticides, au détriment de l’environnement, de la santé et des peuples et paysan-ne-s qui produisent réellement les aliments pour nourrir le monde» et que l'utilisation des pesticides néfastes est étroitement liée aux cultures d’organismes génétiquement modifiés (OGM).

Les manifestants soulignent qu’il «est primordial dans une démocratie que le gouvernement du Québec soit à l’écoute des citoyen-ne-s du Québec et non des multinationales».

Selon eux, «cela commence entre autres par le droit de savoir et l’étiquetage obligatoire des organismes génétiquement modifiés (OGM)». Ils font valoir que plus de 64 pays ont déjà adopté un étiquetage obligatoire des produits contenant des OGM et que plusieurs pays ont même banni la culture des OGM.

«Les Libéraux provinciaux ont promis l'étiquetage obligatoire des OGM en 2003, a souligné, samedi, Thibault Rehn de Vigilance OGM. Depuis, les citoyen-ne-s du Québec attendent toujours cet étiquetage des OGM.»

Dans la même catégorie