/finance/homepage

Réaction de la FPJQ aux révélations du Bureau d'enquête

Un «manque de transparence» de la SAQ

Sarah-Maude Lefebvre et Félix Séguin | Bureau d’enquête 

JOEL LEMAY/AGENCE QMI

La SAQ manque de transparence envers les Québécois, déplore la Fédération professionnelle des journalistes du Québec.

«Tous les jugements que l’on voit apparaître depuis quelques années prouvent une fois de plus que la loi sur l’accès à l’information est désuète. La loi sert à éviter de donner de l’information. C’est là qu’on est rendu», déplore le président de la FPJQ Stéphane Giroux.

«Il s’agit d’employés de l’État qui ont des comptes à rendre», rappelle aussi M. Giroux.

Assez d’information

Spécialiste en éthique et directeur de l'Institut de la confiance dans les organisations, Me Donald Riendeau croit aussi que cette façon de faire n’est pas transparente, puisqu’on ne peut déterminer si les dépenses des vice-présidents de la SAQ sont justifiées ou non.

«La transparence, ce n’est pas de tout donner comme information, mais c’est d’en donner suffisamment (...) C’est important d’avoir assez d’information pour dire : est-ce que la SAQ fait attention? Est-ce que ces dépenses-là sont raisonnables? C’est certain qu’un VP peut aller dans plusieurs pays et que son compte de dépense peut être important, mais il faut le justifier», analyse-t-il.

«Ce n’est pas de nature à augmenter la confiance envers les pratiques de compte de dépenses de la SAQ».

Dans la même catégorie