/regional/quebec/quebec

Québec

Baisse de la vente des boissons sucrées

Marie-Ève Dumont | Agence QMI et TVA Nouvelles

Les Québécois ont diminué de 26 % leur achat de boissons sucrées en cinq ans, montre une étude de l’Institut de la santé publique du Québec.

Ce sont les boissons gazeuses régulières et diètes ainsi que les boissons de fruits qui ont connu la plus forte baisse des ventes en litre dans les supermarchés de la province, incluant Walmart, entre 2010-2011 et 2015-2016.

Malgré cette chute, la liqueur régulière reste tout de même la boisson sucrée la plus achetée chaque année, souligne l’étude.

Michel Lucas un spécialiste en médecine sociale et préventive de l'Université Laval qui milite contre les boissons sucrées ne crie pas victoire pour autant: « les boissons sucrées, c'est comme les mauvais herbes, il y en a toujours qui repousses. Les boissons énergisantes sont elles en hausse, les cafés et le lait aromatisés sont aussi en augmentation.»

Les ventes de laits aromatisés et de boissons énergisantes en contrepartie ont grimpé respectivement de 12 % et 42 %, mais elles correspondent à moins de 2 % des achats.

Toujours moins cher

De plus, même si les boissons gazeuses et de fruits coûtent respectivement 11 % et 18 % plus cher qu’en 2010-2011, elles restent tout de même moins chères que le lait ou les jus de fruits purs.

En effet, le lait nature vendu à 1,82 $ par litre coûtait presque le double du prix des boissons gazeuses, qui étaient à 0,88 $ par litre, l’an dernier.

Trop de sucre

Une boisson gazeuse de cola contient sept cuillères à thé de sucre et un punch aux fruits en contient quant à lui l’équivalent de six cuillérées. Une surconsommation de sucre est attribuée à des problèmes de surpoids, au diabète de type 2 et au développement de maladies coronariennes.

Les auteurs de l’étude demandent notamment, comme bien d’autres organisations québécoises, à ce qu’une taxe soit imposée sur les boissons sucrées ou que la publicité soit mieux encadrée pour les rendre moins attrayantes. Il faudrait aussi réduire son accessibilité dans les lieux publics et améliorer celle de l’eau potable.

Dans la même catégorie