/news/currentevents

Trois morts dans un camping naturiste

Deux amis de longue date au coeur d’un drame

TVA Nouvelles

Deux amis de longue date seraient au coeur du drame qui fait trois morts lundi dans un camping naturiste du Centre-du-Québec.

C'est du moins le scénario qui semble le plus plausible, selon les personnes rencontrées sur place mardi par TVA Nouvelles.

Lundi, les corps de deux hommes et d’une femme ont été découverts au camping Adam et Ève, à Sainte-Brigitte-des-Saults. «Les victimes portent des traces de violence», a confirmé une porte-parole de la Sûreté du Québec.

Selon ce qu’il a été possible d’apprendre, Denis Carpentier, 76 ans, aurait abattu avec une arme de gros calibre son ami de longue date, Rodrigue Tremblay.

Il semble que Carpentier aurait été mis au fait que son ami entretenait depuis deux ou trois mois une relation avec son ex-conjointe, Suzanne Gareau, 50 ans. L’homme aurait menacé M. Tremblay par téléphone, avant de finalement se rendre au camping.Denis Carpentier aurait ensuite abattu la femme, avant de retourner l’arme contre lui.

D’après ce qu’il a été possible d’apprendre par des résidents du camping, Suzanne Gareau, 50 ans, avait emménagé chez Rodrigue Tremblay récemment afin de prendre soin de lui. Elle lui offrait du transport pour se rendre à ses traitements de chimiothérapie, mais n’entretenait pas de relation amoureuse avec lui. Denis Carpentier que certains disaient jaloux aurait-il mal interprété les sentiments de son ancienne amoureuse à l’endroit de son vieil ami?

Des campeurs rencontrés sur place mardi matin par TVA Nouvelles décrivent Rodrigue Tremblay comme un homme à femmes, certes, mais qui n’aurait jamais fait de mal à personne.

«C’est malheureux. Je trouve ça très triste, parce que Rodrigue était une très bonne personne, dit Mme Dussault, qui transportait M. Tremblay à ses traitements de chimiothérapie à Sherbrooke. C’était un homme de coeur, c’était un petit ange. [...] En haut de la cinquantaine, il me semble que tu t’accordes. Des chicanes comme ça, tu t’accordes. S’il voulait se tuer, il aurait dû le faire de lui-même, et ne pas toucher aux autres. Je trouve ça déplorable, malheureux.»

M. Carpentier, pour sa part, était considéré comme un homme jaloux et possessif, qui aurait traité son ex-conjointe comme sa «possession». Toutefois, les personnes rencontrées n’auraient jamais pensé qu’il aurait pu commettre un acte du genre.

Une proche de Suzanne Gareau a passé la journée de vendredi avec la femme. Cette dernière lui aurait raconté la situation qui prévalait entre les deux hommes et les frictions qui existaient. Depuis qu’elle a appris le décès de la femme et des deux hommes, cette proche n’a pas réussi à fermer l’oeil de la nuit.

Le service des enquêtes des crimes contre la personne de la SQ a été mandaté pour faire la lumière sur cet événement. Toutefois, le corps policier n’a pas voulu confirmer la thèse du double meurtre suivi du suicide.

Dans la même catégorie