/regional/montreal/montreal

72 requêtes jugées fondées

Presque toutes les plaintes à l’ombudsman sont réglées à Montréal

Agence QMI

L’ombudsman Johanne Savard | archives

Même si l’ombudsman de Montréal a traité un nombre record de dossiers, presque tous les problèmes identifiés ont pu être réglés avec l’administration municipale, a mentionné l’ombudsman de la Ville Johanne Savard, mardi.

Dans son rapport annuel, elle mentionne que 72 plaintes ont été jugées fondées. Une de celles-là a permis d’annuler une facture concernant des droits de mutation immobiliers d’environ 36 000 $. Dans un autre cas, un citoyen qui s’était fait imposer des frais de 2850$ pour l’occupation du domaine public a vu cette facture être annulée puisqu’il devait seulement la traverser pour accéder à son garage. L’intervention de l’ombudsman a aussi permis d’annuler 250 constats d’infraction de stationnement imposé le long d’une piste cyclable en novembre dernier.

«Les dossiers traités sont non seulement plus nombreux, ils se démarquent également par leur grande variété et leur plus grande complexité. Nos interventions permettent de corriger les erreurs et d'améliorer les processus; certaines ont également un impact financier direct», a précisé Me Savard.

L’ombudsman n’a émis que trois recommandations formelles durant toute l’année. La seule à avoir été refusée concerne l’arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie qui n’a pas voulu modifier l’aménagement d’une ruelle verte pour redonner à un commerçant un accès sans entrave à son stationnement.

L'administration de cet arrondissement est d’ailleurs la plus souvent visée par des plaintes faites en 2016 à l’ombudsman avec 96, dont 28 enquêtes approfondies. Le Plateau-Mont-Royal est deuxième avec 75 plaintes, suivi de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce avec 74 et le Sud-Ouest avec 62 plaintes.