/news/politics

ALENA

Le Canada ne doit pas avoir peur de dire non, selon Brian Mulroney

Agence QMI

Les émissaires canadiens qui seront chargés de renégocier l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) avec les États-Unis ne doivent pas avoir peur de dire «non» à leurs homologues s’ils le jugent bon, a déclaré vendredi Brian Mulroney.

«Les Américains doivent réaliser que nous, on peut dire "non"», a-t-il affirmé en mêlée de presse en marge de la conférence Canada 2020 qui se tient à Ottawa.

«On n’est pas à la remorque de qui que ce soit. Nous avons quand même un grand pays qui est un succès moderne international. Nous avons beaucoup à offrir, mais on n’est pas obligé d’accepter automatiquement tout ce qui nous est proposé», a-t-il expliqué.

Dans un discours prononcé quelques minutes plus tôt, l’architecte de l’entente tripartite avec le Mexique et les États-Unis a illustré son propos par une anecdote personnelle.

Il a raconté que le président mexicain de l’époque, Carlos Salinas de Gortari, souhaitait signer seul à seul un accord de libre-échange avec les États-Unis.

Le Canada est entré dans la danse seulement après que l’ancien premier ministre Mulroney se fut interposé vis-à-vis de son homologue américain, George H. W. Bush.

«J’ai dit à George: je me fous de l’opinion de Carlos (I don’t give a shit about Carlos' opinion)», a-t-il lâché devant des auditeurs amusés à la conférence.

La renégociation de l’ALENA entre le Canada, le Mexique et les États-Unis doit formellement commencer à la mi-août.

Dans les derniers mois, le gouvernement Trudeau a fait appel à l'expertise de M. Mulroney pour l’aider à planifier la nouvelle négociation qui s’annonce ardue.

Ce dernier, qui connaît personnellement Donald Trump, a cependant affirmé qu’il n’a pas parlé au président américain récemment.

Par ailleurs, M. Mulroney a appelé tous les pays, dont le Canada, à en faire davantage pour combattre le groupe armé État islamique, principale menace pour la planète selon lui.

«Je pense que c’est le défi le plus important au niveau international», a-t-il dit.

Dans la même catégorie