/news/culture

Le succès à 21 ans

«Bungalow» a aidé Scott Helman à grandir

Yves Leclerc | Agence QMI

Scott Helman

Le Journal de Québec

Avec neuf millions d’écoutes sur Spotify pour sa chanson «Bungalow», Scott Helman aurait pu, du haut de ses 21 ans, perdre les pédales, sentir une perte de contrôle l’envahir ou quelque chose de semblable. Pas du tout.

Au bout du fil, le jeune homme de 21 ans, toujours au lit en ce début d’après-midi, avoue ne pas avoir eu de difficulté à gérer ce succès soudain.

«J’étais pas mal prêt pour faire face à ce genre de succès», a-t-il lancé, avant d’ajouter qu’il ne savait «plus trop, finalement», et d’éclater de rire en s’excusant de ne pas être plus précis dans sa réponse.

Trois ans après l’EP «Augusta», sur lequel on retrouve «Bungalow», le Torontois est de retour avec un album intitulé «Hôtel de Ville».

 

Scott Helman s’explique au sujet de cette vague qui l’a quelque peu secoué, sans toutefois le renverser.

«J’avais 15 ans lorsque j’ai signé chez Warner. C’est quelque chose que je fais depuis un bon bout de temps. J’avais déjà un peu d’expérience lorsque le succès de «Bungalow» est arrivé. J’aime ce que je fais et j’anticipais ce genre de chose», a laissé tomber le musicien qui s’arrêtera à L’Anti le 22 juin.

Le jeune homme explique qu’il a dû, bien sûr, s’adapter à une nouvelle vie après le succès de «Bungalow».

«Il y a eu des moments où je me suis demandé si j’étais prêt à tout ça, comme me faire reconnaître dans la rue, mais les gens sont très respectueux. C’est un peu comme n’importe quel boulot. Il faut aller de l’avant et s’ajuster», a expliqué celui qui, à 14 ans, rêvait de devenir musicien professionnel.

Une autre personne

«Hôtel de Ville» fait référence à la rue du même nom, à Montréal, où il a eu pendant quelque temps un appartement.

Scott Helman croit avoir atteint l’objectif d’écrire un album constitué de chansons aux styles diversifiés. «Hôtel de Ville» est constitué de titres aux sonorités pop, indie et alternatives.

«Je voulais que chacune des chansons possède sa propre signature», a-t-il mentionné.

Le jeune homme avoue avoir beaucoup grandi depuis «Augusta».

«L’EP a été écrit dans une certaine urgence et, avec «Hôtel de Ville», j’ai pu prendre mon temps. J’ai pu explorer et prendre certains risques. C’est comme si «Augusta» avait été écrit par une tout autre personne», a-t-il expliqué.

Scott Helman est en spectacle le 22 juin à L’Anti.

Dans la même catégorie