/news/society

100 morts en 75 jours sur les routes

Les 75 jours les plus meurtriers

Pierre-Paul Biron | Agence QMI

Plus de 100 personnes perdront la vie sur les routes du Québec au cours des prochaines semaines si la tendance se maintient, révèle CAA-Québec, qui s’appuie sur de nouvelles données lui permettant d’affirmer que cette période constitue les «75 jours les plus meurtriers de l’année».

Même si chaque année les bilans routiers meurtriers durant les vacances font réagir, cette nouvelle donnée, publiée pour la première fois, est frappante. «On parle de 100 personnes en moyenne sur 75 jours, c’est malheureux», se désole le directeur de la Fondation CAA-Québec, Marco Harrison, précisant que cette «période noire» va de la fête nationale, qui aura lieu same¬di prochain, à la fête du Travail.

Cette révélation de la CAA provient de données inédites de la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ).

«Ce sont des chiffres qui, auparavant, se retrouvaient dans les totaux du bilan annuel de la SAAQ, mais que nous considérons qu’il est important de faire ressortir», a indiqué M. Harrison.

Les jeunes encore ciblés

Dans la centaine de décès auxquels on s’attend durant ces 75 jours noirs, les jeunes conducteurs sont surreprésentés puisqu’une vingtaine de victimes font partie de la tranche d’âge des 16-24 ans.

«Ce n’est pas compliqué: quand on parle de jeunes, c’est du simple au double, a analysé le directeur de la fondation. Ils comptent pour environ 10 % des permis délivrés, mais sont impliqués dans environ 20 % des accidents graves ou mortels.»

Pour rejoindre ces jeunes conducteurs, la CAA compte sur l’appui des parents.

Avec l’année scolaire qui se termine, ce sera le meilleur moyen de rejoindre cette clientèle vulnérable, estime l’organisme.

«On demande de prendre le flambeau et de parler de sécurité routière. Et si ce n’est pas ça, au moins de leur dire que vous les aimez et que vous voulez les voir revenir à la maison», a réclamé M. Harrison, qui a travaillé pendant 25 ans à la Sûreté du Québec.

Facteurs de risque augmentés

Les raisons expliquant la recrudescence d’accidents mortels au cours de la saison estivale sont assez simples, d’après l’expert. Le nombre de kilomètres parcourus par automobiliste augmente durant la période estivale, ce qui accroît en même temps le nombre de véhicules sur les routes.

«Il y a donc plus de risques d’accident. Quand on ajoute ça aux facteurs d’accidents habituels que sont la vitesse, la conduite avec facultés affaiblies et le non-port de la ceinture, on a un effet multiplicateur», a constaté Marco Harrison.

Avec tableau

Une période sombre sur les routes du Québec

De la fête nationale à la fête du Travail

•100 décès en moyenne durant cette période, dont une vingtaine de jeunes

•Plus de 125 jeunes de 16 à 24 ans se blesseront gravement ou mourront

•Le quart des décès annuels sur les routes se produisent dans cette période

Bilan routier 2016

•351 décès

•1476 blessés graves

•7653 blessés légers

Dans la même catégorie