/news/currentevents

Orages et vents violents

Un camping de Québec y goûte

Catherine Bouchard | Agence QMI

Un chapiteau complètement détruit, des arbres déracinés, une roulotte qui s'envole; le camping Saint-Esprit de Québec n’a pas été ménagé, lors des violents orages qui ont sévi à plusieurs endroits, dimanche après-midi.

Les responsables et les saisonniers du camping Saint-Esprit se souviendront longtemps de cette cellule orageuse qui a laissé de nombreux dégâts derrière elle, dimanche soir.

 

Renée Charland, responsable du comité des loisirs du site, peinait à retenir ses larmes, lundi, en regardant ce qui restait du chapiteau qui peut contenir 500 personnes. Celui-ci s’est littéralement écrasé par la force des vents.

«Nous venions de l’ouvrir, nous avions eu notre première soirée de danse samedi», explique Mme Charland. «Je braillais, ce matin, c’est la désolation, avec tout l’ouvrage que nous avions mis là-dessus, poursuit-elle. Au moins, nous aurons le temps de faire une soirée.»

 

Un gros bang

Installée juste en face du chapiteau, Anne Joncas a entendu un gros «bang» lorsque la structure s’est affaissée. «Je croyais que c’était la balançoire, mais non. En regardant dehors, j’ai vu le chapiteau tout écrasé. Il ventait si fort, que le motorisé bougeait», lance-t-elle.

Fort heureusement, personne n’a été blessé lors de l’événement. L’équipe des loisirs ne sait toujours pas si le chapiteau pourra être remplacé.

Lundi en avant-midi, les campeurs s’affairaient à ramasser les dégâts du mieux qu’ils le pouvaient, affichant, pour la plupart, un sourire malgré la tristesse de l’événement.

Il s’agit d’un bien mauvais début de saison pour le site. «On ne s’attendait pas à ça du tout», lance Johanne Caron, propriétaire du camping.

«On a une roulotte qui a viré complètement à l’envers et qui a percuté une autre roulotte. Un patio de bois a traversé plusieurs secteurs du camping, des vitres d’auto sont cassées, des cabanons ont levé complètement du sol. On a beaucoup de dommages», constate la propriétaire.

Bel été quand même

Malgré tout, elle a bon espoir de pouvoir rapidement remettre le tout en ordre et passer un bel été. «On a une bonne équipe, de bons bénévoles et ça devrait bien aller», dit-elle.

Une évaluation des dégâts est présentement en cours, sur le site. Mme Caron n’était pas en mesure de la chiffrer. C’est la première fois que le camping connaît autant de ravages à la suite des foudres de Dame nature, selon la propriétaire. Le camping existe depuis une quarantaine d’années.