/regional/mauricie

Hausse des loyers

Déménagement et pauvreté ne font pas bon ménage

Patricia Hélie | TVA Nouvelles

En raison de la hausse du prix des loyers dans le quartier Sainte-Cécile, à Trois-Rivières, plusieurs sont forcés de déménager vers d’autres cieux, dont le secteur Cap-de-la-Madeleine, où les logements sont plus abordables.

Selon Caroline Guay, coordonnatrice de l’organisme Démarche des premiers quartiers, il y a toutefois moins de ressources dans le quartier Cap-de-la-Madeleine pour venir en aide aux plus démunis. Selon elle, ces déménagements forcés ont plusieurs impacts, tant économiques, sociaux que psychologiques.

Les locataires qui optent pour un logement plus modeste sont parfois surpris, notamment parce qu’ils ne peuvent pas caser leur meuble ou que ceux-ci sont endommagés lors du déménagement. «Ils arrivent dans le logement qu'ils ont choisi parce qu'il était moins cher et leurs meubles ne rentrent pas. Ils doivent s'en défaire dans un organisme de charité et doivent en acheter d'autres dans les comptoirs où il y a des meubles usagers», a déploré Mme Guay.

Justement, les organismes qui recueillent les vieux meubles, la vaisselle et les vêtements débordent. C'est le cas à la Société St-Vincent de Paul. «Pour nous, c'est un très beau problème d'être débordé parce que nous nous sommes très sollicités», a souligné le directeur, Daniel Lord.

Il est aussi possible de laisser de vieux meubles en bordure de la route et d’appeler la Ville de Trois-Rivières pour qu'ils soient ramassés.