/news/society

Rapport annuel

Près d’un Canadien sur deux aura un cancer durant sa vie

Harold Gagné | TVA Nouvelles

Le cancer qui est en augmentation va devenir un véritable fléau durant les prochaines années, notamment en raison du vieillissement de la population.

C'est ce que révèle la Société canadienne du cancer dans son rapport annuel dévoilé ce mardi.

 

Les chiffres indiquent qu’une personne sur deux aura au moins un cancer durant sa vie et que 49% des hommes seront affectés contre 45% des femmes.

Une personne sur quatre en mourra.

Pour faire face à la situation, elle demande à la population et aux gouvernements d'investir davantage dans la recherche et la prévention.

Moins de tabac, moins de cancers

Près de 9 cancers sur 10 apparaissent après l'âge de 50 ans. Ce sont surtout les cancers de la prostate, du sein chez la femme, les cancers du poumon et colorectaux.

«Si demain le tabac disparaissait de nos vies, cela réduirait de 30% le nombre de cancers au pays», affirme André Beaulieu, porte-parole de la Société canadienne du cancer

Au pays, ce sont 206 000 nouveaux cas de cancers qui seront enregistrés cette année et il y aura 81 000 décès.

TAB 2 CANCER HAROLD

 

Au Québec, ce sont 53 000 personnes qui recevront un diagnostic avec 22 000 morts, ce qui représente 146 nouveaux cas et 60 morts par jour dans la province.

TAB CANCER HAROLD

 

Taux de survie en hausse

De façon générale, le taux de survie est passé de 25% dans les années 1940 à plus de 60% aujourd'hui.

Certains cancers comme ceux de la thyroïde et du testicule atteignent 90% de survie après cinq ans, ce qui rassure Denis Dupuis.

Le cancer le plus «meurtrier» reste cependant celui du pancréas avec un taux de survie de 8% qui ne change pas depuis des années.

Il faut savoir qu’à peine la moitié des 1400 Québécois qui recevront la mauvaise nouvelle concernant ce type de cancer cette année survivront quatre mois après le diagnostic.

«Il n'y a pas de prévention possible, pas de symptômes spécifiques et pas de dépistage non plus», explique le docteur Mustapha Tehfe, hémato-oncologue et spécialiste des tumeurs digestives au CHUM.

«J'ai de plus en plus de jeunes patients, dans la jeune trentaine et la jeune quarantaine sans aucun antécédent familial, avec des habitudes de vie saine.»

Les chercheurs tentent toujours de découvrir ce qui peut expliquer ce type de cancer.

Dans moins de 15 ans, il y aura 79% plus de cas de cancer qu'en 2007, d'où l'importance d'investir dans la recherche. Il faudra aussi aider les survivants dont certains doivent s'absenter durant de longues périodes du travail.