/news/currentevents

Accident mortel à Sainte-Julie

Un chauffard en état d'ébriété pourrait être responsable

Carl Vaillancourt | Agence QMI

Un homme qui revenait chez lui après la journée passée à Montréal dimanche est décédé après avoir été présumément heurté par un chauffard en état d’ébriété.

Maxime Coupal, 32 ans, était à quelques minutes de chez lui à Mont-Saint-Hilaire lorsqu’un chauffard a percuté l’arrière de sa voiture sur l’autoroute 20, à la hauteur de Sainte-Julie, en Montérégie. Sa voiture est allée heurter de plein fouet un camion de signalisation qui indiquait que la route passait de deux à une voie, vers 2h dans la nuit de dimanche à lundi. Il est mort sur le coup.

Consternation

Un ami de longue date de M. Coupal, Yannick Pawluck, s’expliquait mal hier la tragédie, lui qui avait parlé avec son ami 12 heures avant le drame.

«Max, c’est un gars qui vivait la vie pleinement, c’était un gars tellement souriant, c’était comme un soleil dans la vie de ses amis», a expliqué celui qui connaît le défunt depuis plus de 10 ans.

Selon son vieil ami, Maxime était le genre de personne qui amène du positif dans la vie des gens en raison de son côté gentil et serviable.

«Même si on ne se voyait pas autant qu’avant ou qu’on s’appelle moins, mais on ne s’ennuyait jamais en sa compagnie», a-t-il expliqué.

État d’ébriété

Un homme de 40 ans a été arrêté sur les lieux de l’accident et devrait être accusé aujourd’hui de conduite avec les capacités affaiblies causant la mort. Selon nos informations, son taux d’alcoolémie dépassait largement la limite permise. La police n’exclut pas de porter d’autres accusations contre l’individu.

Le décès de Maxime Coupal a été immédiatement constaté sur les lieux de l’accident, alors que sa voiture avait été grandement endommagée, selon une conductrice qui est passée sur les lieux à 3h45 du matin.

«J’ai vu la voiture et je me suis dit que c’était impossible qu’une personne dans cette voiture ait survécu en constatant les dégâts», a expliqué Noémie Martel.

Vicky Langlois, ancienne copine de Maxime Coupal, était chavirée d’apprendre son décès lorsque la mère du défunt l’a appelée.

«Ce n’est vraiment pas facile. En plus, c’est la première fois que je perds un proche», a-t-elle répondu.

Selon les policiers, il n’y avait aucun employé sur le chantier de construction au moment de l’accident.

Camionneur dans le secteur depuis 20 ans, Éric Brunet avoue que la signalisation du chantier est difficilement compréhensible pour les automobilistes.

«Je suis camionneur et même moi j’ai presque causé un accident à cause des flèches contradictoires avec les pancartes. Une te dit d’aller à gauche, alors que l’autre te dit d’aller dans la voie de droite, c’est pourri comme signalisation», a-t-il expliqué.

De son côté, l’enquête menée par la Sûreté du Québec n’a pas révélé de problèmes de signalisation sur le chantier en question, selon ce qu’a rapporté le porte-parole de la SQ, Daniel Thibodeau.

Dans la même catégorie