/news/world

Tir de missile en Corée du Nord

Les États-Unis dénoncent «une nouvelle escalade de la menace»

Agence France-Presse

Le secrétaire d'État américain Rex Tillerson a déclaré mardi que le missile lancé par la Corée du Nord était «un missile balistique intercontinental» et a dénoncé «une nouvelle escalade de la menace» nord-coréenne.

«Les États-Unis condamnent avec force le tir par la Corée du Nord d'un missile balistique intercontinental. L'essai d'un ICBM constitue une nouvelle escalade de la menace (nord-coréenne) envers les États-Unis, nos alliés et partenaires, la région et le monde», a déclaré M. Tillerson dans un communiqué.

Les États-Unis «n'accepteront jamais une Corée du Nord disposant de l'arme nucléaire», a-t-il ajouté.

Le gouvernement de Pyongyang est «un régime dangereux» et les États-Unis demanderont des «mesures plus fermes» lors de la réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU qui doit se tenir mercredi vers 15h, a-t-il ajouté.

La possession d'un missile balistique intercontinental représente un tournant pour le régime communiste et pourrait altérer les plans des États qui veulent contrecarrer les objectifs militaires de la Corée du Nord.

Le président américain Donald Trump avait assuré en janvier, concernant la perspective d'un missile nucléaire intercontinental nord-coréen, que «cela n'arrivera pas».

Capacité de porter une tête nucléaire

De son côté, la Corée du Nord a affirmé mercredi (heure locale) que le missile balistique intercontinental qui vient de tester est capable de porter «une grosse tête nucléaire».

L'engin, lancé au moment où les États-Unis se préparaient à célébrer leur fête nationale, pourrait atteindre l'Alaska, selon des experts américains.

La possession d'un missile balistique intercontinental représente un tournant pour le régime communiste, qui a déjà réalisé cinq essais nucléaires et dispose d'un petit arsenal de bombes atomiques.

Reste à savoir si la Corée du Nord est capable de miniaturiser une tête nucléaire pour la monter sur un missile et de maîtriser la technologie de rentrée de cette tête dans l'atmosphère.

L'agence KCNA a assuré que le lancement de mardi avait répondu à «tous les critères technologiques, y compris la résistance à la chaleur et la stabilité structurelle de l'ogive» nécessaire pour qu'elle rentre sans dommages dans l'atmosphère. L'ogive était en fibre de carbone, selon KCNA.

«Dans des conditions difficiles, impliquant une chaleur de milliers de degrés, la pression et des secousses, la température à l'intérieur de l'ogive était stable, entre 25 et 45 degrés Celsius», a précisé l'agence. L'engin a eu une trajectoire «parfaite» et «a atteint sa cible avec précision».

Les États-Unis «essaient de tester notre détermination et ignorent nos avertissements», a déclaré le numéro un nord-coréen Kim Jong-Un, cité par l'agence au style indirect. La confrontation entre Pyongyang et les États-Unis est à présent entrée dans sa «phase finale», a-t-il averti.

Exercice en Corée du Sud

Par ailleurs, les forces sud-coréennes et américaines ont tiré mercredi des missiles balistiques lors d'un exercice simulant une attaque contre la direction nord-coréenne qui était «un fort message d'avertissement», a annoncé l'agence sud-coréenne Yonhap.

 

Cet exercice à tir réel des forces sud-coréennes et des forces américaines stationnées en Corée du Sud a été effectué sur ordre du président sud-coréen Moon Jae-In, a indiqué l'agence, citant l'état-major des forces armées sud-coréennes.

«Le président Moon a déclaré que la sérieuse provocation de la Corée du Nord nécessitait que nous réagissions avec davantage qu'un communiqué et que nous devions montrer clairement montrer à la Corée du Nord notre capacité de défense en matière de missiles», a déclaré la présidence sud-coréenne, citée par l'agence Yonhap.

Dans la même catégorie