/news/politics

Situations de catastrophe

Les alertes bientôt sur vos téléphones cellulaires

Véronique Prince | TVA Nouvelles

Après le cafouillage de l’autoroute 13 à Montréal, durant lequel 300 automobilistes sont restés coincés dans la tempête un 14 mars, le premier ministre avait mis de la pression pour que le gouvernement avertisse rapidement les citoyens en cas de catastrophe. TVA Nouvelles a appris que ce genre d’alerte sera diffusé très bientôt sur tous les téléphones cellulaires des Québécois.

Il s’agit du même type de mise en garde diffusée à la télévision et à la radio dans le cas d’une alerte AMBER, par exemple. Un message apparaît à l’écran et l’appareil émet un son d’alarme continu pendant une minute. Le système sur les téléphones cellulaires fonctionnera grâce à la géolocalisation. «En temps réel, votre fournisseur de services sans fil sait où vous vous trouvez. Les gens qui sont dans le secteur visé vont recevoir automatiquement l’alerte», explique Thomas Blanchet, le coordonnateur du projet au ministère de la Sécurité publique.

Que ce soit notamment pour une inondation, un feu de forêt, un accident majeur ou une tornade, aucun appareil qui fonctionne avec le réseau LTE n’y échappera. «Si votre téléphone était fermé au moment où l’alerte a été distribuée et que vous l’allumez par la suite, le fournisseur cellulaire va le repérer et vous allez la recevoir automatiquement. Pour les gens qui n’habitent pas dans le secteur visé, qui sont là en visite, ou qui viennent de l’extérieur comme des Américains, ou d’autres visiteurs, ils pourront aussi la recevoir. Même chose pour ceux qui entrent dans la zone, même s’ils n’étaient pas là au départ quand l’alerte a été diffusée une première fois».

Dès avril 2018

L’alerte du ministère de la Sécurité publique est prête depuis des mois. Il restait à forcer la main de l’industrie du sans-fil, pour l’obliger à diffuser. À partir du mois d’avril 2018, tous les fournisseurs, sans exception, seront forcés de le faire, a tranché le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC).

«Les appareils mobiles vont devoir émettre une alerte en anglais et en français. Aujourd’hui, 80% des Canadiens possèdent un appareil cellulaire. Les appareils plus vieux auront peut-être besoin d’une mise à jour, mais ils seront aussi en mesure de recevoir cette alerte», indique Patricia Valladao, porte-parole du CRTC.

«Ça va être obligatoire pour tout le monde. Il n’y aura pas de possibilité de se retirer de cette liste de distribution-là», ajoute M. Blanchet.