/news/law

Course au Mont-Saint-Anne en 2014

Un participant réclame 2,2 millions au «Bootcamp race» après une chute

Nicolas Lachance | Journal de Québec

Sport shoe

Courtoisie

Un participant à la «Bootcamp race» du Mont-Sainte-Anne, dans la région de Québec, réclame près de 2,2 millions $ à l’organisation de la course qu’il accuse de «négligence» après qu'il eut fait une grave chute sur le dos.

L’électricien de métier, également athlète, avait participé à la Bootcamp race du Mont-Sainte-Anne en septembre 2014. Dès le début de la course, les participants devaient monter sur un conteneur à l’aide d’une corde avant de traverser sur un autre conteneur à l’aide d'un filet élastique suspendu entre les deux obstacles.

Au moment où un superviseur de la course lui a indiqué qu’il pouvait traverser, le participant a sauté dans le filet en position semi-assise sur le dos. Or, «ce filet s’est alors étiré sous l’effet du poids [du demandeur] dont le dos a touché violemment le sol».

Le participant a immédiatement été transporté à l’hôpital où des fractures des vertèbres L1 et L2 ont été constatées. Une chirurgie de «remplacement discal» sera d’ailleurs nécessaire d’ici la fin de l’année 2017.

Hospitalisé pendant quelques jours, l’électricien n’a pu reprendre son travail qu’en mai 2015, avec des limitations toujours importantes. «Il n’a jamais été capable de reprendre son travail normal», indique la demande introductive d’instance déposée au palais de justice de Québec.

Négligence

Le demandeur, Serge Picard Junior, identifié comme le responsable de l’événement, «a admis que le filet était trop bas et l’a fait remonter plus haut» dans les instants suivant l’accident de l’électricien. Ceci «constitue une admission de responsabilité», affirme la poursuite.

Le demandeur qui était «un sportif accompli» fait valoir qu’il a depuis dû abandonner plusieurs activités sportives. En raison des nombreuses pertes financières encourues et des répercussions de l’accident pour sa conjointe, l’électricien exige près de 2,2 millions $ aux entreprises Gestion soldats de la santé et Événements sportifs Canada, organisateurs de cette activité.