/news/law

Insultes racistes

Un policier de la SQ suspendu pour avoir dit «ostie d’Arabe»

Claudia Berthiaume | Journal de Montréal

Un policier de la Sûreté du Québec a écopé d’une suspension de sept jours pour avoir insulté un homme qu’il venait d’arrêter en le traitant «d’ostie d’Arabe».

Devant le Comité de déontologie policière, Martin Guénette a reconnu avoir «mal agi» et il s’est dit «profondément déçu d’avoir perdu patience», le 30 août 2014.

L’agent est intervenu sur l’autoroute 15 nord auprès d’un automobiliste et d’un motocycliste qui se disputaient en bordure de la route concernant une manœuvre dangereuse qu’aurait exécutée le second.

Le motocycliste, Walid Benaouda, a été arrêté sur les lieux. Lorsqu’est venu le temps de lui passer les menottes, l’agent Guénette l’a couché sur le sol en lui disant : «Câlisse ta main dans ton dos mon ostie».

Une fois dans l’autopatrouille, M. Benaouda aurait argumenté avec le policier, qui l’a alors traité « d’ostie d’Arabe » en se moquant de son accent de façon sarcastique, lit-on dans la décision rendue publique hier.

Sang-froid

Enfin, le policier a manqué de respect envers le procureur de M. Benaouda, en soulignant qu’il s’agissait d’un « avocat de la mafia ».

Le tout sans même connaître l’officier de justice.

Les propos du policier ont été enregistrés par le cellulaire de Walid Benaouda.

«Dans la présente affaire, le Comité retient que l’agent Guénette a perdu son sang-froid sans véritable raison. Bien que M. Benaouda n’ait pas collaboré et qu’il tentait d’argumenter avec le policier, rien ne justifiait les propos tenus par ce dernier », note le Comité présidé par Me Pierre Drouin.

Le policier avait plaidé coupable en septembre dernier à quatre accusations déontologiques stipulant qu’il «ne s’est pas comporté de manière à préserver la confiance et la considération que requiert sa fonction».

«Indigne»

Dans la décision rendue publique hier, le Comité lui impose une suspension sans solde de sept jours.

La gravité des fautes commises par l’agent, qui sont décrites comme étant «indignes de la fonction policière» dans une société multiculturelle, nécessitait une telle sanction, estime le Comité de déontologie.

Le parcours positif de l’agent Guénette depuis les évènements et l’absence d’antécédents déontologiques à son dossier ont toutefois joué en sa faveur.

«Le Comité souligne qu’il aurait imposé une sanction plus sévère à l’agent Guénette si ce dernier n’avait pas reconnu sa faute et s’il n’avait pas témoigné avec sincérité», lit-on dans le document judiciaire.