/regional/outaouais

Explosion de combustible à fondue

Un souper d’amoureux qui tourne au cauchemar

TVA Nouvelles

Andréa et Jeffrey venaient tout juste de revenir d’un voyage au Mexique, en mars dernier, quand, pour prolonger leurs vacances, ils se sont fait une fondue. Un souper d’amoureux qui a tourné au cauchemar.

Andréa Hartley a subi des brûlures au 2e et au 3e degrés sur son visage, son cou, ses bras et son torse quand du combustible à fondue en gel a explosé. Sa conjointe en flammes, Jeffrey Pomminville a tout tenté pour la sauver.

Le couple, installé dans son salon d’Aylmer, en Outaouais, a constaté que la flamme du brûleur s’était éteinte. C’est alors que Jeffrey Pomminville a saisi une bouteille neuve de gel pour continuer le souper romantique.

«Quand il est venu pour la remplir, la flamme était éteinte, mais comme c’était une bouteille neuve. Le gel est sorti d’un jet, et ça a pris en feu», a expliqué Andréa Hartley, en entrevue à TVA Nouvelles.

Selon la victime, quand son conjoint a relâché la bouteille de combustible, la chaleur s’est propagée dans la bouteille et une explosion s’est produite.

«C’était vraiment une boule de feu. C’est tout allé vers moi», a raconté Andréa qui tenait le pot de fondue.

Jeffrey a rapidement enlevé les vêtements de sa conjointe pour tenter d’éteindre les flammes, mais c’était en vain. Il a alors pris une couverture pour envelopper Andréa, mais la femme brûlait toujours. M. Pomminville a ensuite pris sa conjointe dans ses bras pour la transporter dans la douche.

«C’était l’horreur, je voyais la peau de son visage qui s’enlevait avec l’eau», de dire Jeffrey Pomminville.

«J’étais en feu. Ça a pris du temps à mon chum avant de réussir à m’éteindre», a ajouté la victime qui était consciente tout le long.

«C’est la pire douleur que j’ai jamais ressentie de toute ma vie. C’est inexplicable», a-t-elle dit.

De nombreuses greffes

Transportée à l'Hôtel-Dieu de Montréal à l'unité des grands brûlés, la jeune femme a subi plusieurs greffes de peau, des greffes prises à même ses cuisses.

«J’ai les cuisses qui manquent de la peau. Il a fallu que je réapprenne à marcher. Juste enlever la couche de peau sur les cuisses, c’est même pire que les brûlures», a confié Mme Hartley.

Pour tenter de redonner une qualité de vie à sa conjointe, Jeffrey Pomminville a mis en ligne une campagne de sociofinancement sur la plate-forme GoFundMe.

C’est que des traitements au laser «miraculeux», non couverts par la RAMQ, pourraient grandement aider la grande brûlée.

«Avec les greffes de peau, c’est comme si t’es dans la peau d’un enfant, mais dans un corps d’adulte. C’est super serré. C’est vraiment difficile pour les mouvements», a expliqué Andréa.

Selon le couple, les traitements au laser améliorent l’élasticité de la peau, diminuent les rougeurs et l’épaisseur des cicatrices.

Le couple espère récolter 50 000 $ pour couvrir les dépenses reliées à ces traitements au laser qui pourraient donner à la jeune femme «la chance de revenir le plus près possible de ce qu’elle était avant l’accident».

Jeffrey Pomminville aimerait que sa conjointe commence ses traitements au laser dès le mois d’août.

Les sommes excédentaires seront versées au nom d’Andréa Hartley à la Fondation des pompiers du Québec pour les grands brûlés, peut-on lire sur la page GoFundMe dédiée à la victime.

Pour consulter la page GoFundMe, cliquez ici.