/regional/montreal/montreal

Au restaurant Tsak-Tsak

Infestation de souris dans un restaurant à Montréal: des patates rongées

Dominique Scali | Journal de Montréal

 - Agence QMI

L’infestation de souris au restaurant montréalais Tsak-Tsak était si grave qu’un inspecteur a trouvé un sac avec des pommes de terre rongées.

«Une souris morte était prise dans un piège et des excréments jonchaient la surface», a noté un inspecteur lors de sa visite du 9 novembre 2015.

Le restaurant à déjeuner, situé au 280, rue Beaubien Est à Montréal, a reçu une amende de 1250 $ en mai dernier pour une infestation de souris constatée à l’automne 2015.

«J’ai eu des motifs de croire qu’il en résultait un danger imminent pour la vie ou la santé des consommateurs», a inscrit l’inspecteur dans son rapport.

Fermeture temporaire

Le commerce a donc reçu une ordonnance de cesser ses opérations pendant plusieurs jours en novembre 2015.

Des crottes se trouvaient à plusieurs endroits: sur la tablette du four à micro-ondes, sur une table de travail, près d’une friteuse, sur le plancher derrière le four et sous le comptoir du bar.

«Des excréments ont été retrouvés dans un bac de plastique ayant eu des pommes de terre [...]. Entre les sacs de pommes de terre, il y avait beaucoup d’excréments.»

L’inspecteur avait aussi noté quelques manquements un mois plus tôt. En plus de la présence de crottes de souris sur des sacs de riz, des tablettes et sur le plancher, des mouches à fruits se trouvaient dans une partie de la cuisine, peut-on lire dans le rapport de septembre.

De plus, la température d’un réfrigérateur contenant des œufs était de 10 °C, alors que les normes du ministère de l’Alimentation (MAPAQ) exigent que les aliments soient gardés à 4 °C ou moins. L’inspecteur a aussi remarqué des éclaboussures sur le mur adjacent à la table de travail dans la section de préparation des crêpes et des frappés.

Amélioration

Les inspecteurs ont toutefois souligné les efforts de la restauratrice dans leurs rapports suivants.

«La situation est meilleure et malgré les excréments au sous-sol, l’exploitant est en contrôle», ont-ils écrit en décembre 2015.

Un inspecteur a de nouveau trouvé des crottes de souris dans la section entreposage en avril 2016. «La situation est en contrôle actuellement. Voir à maintenir votre vigilance», a-t-il toutefois nuancé.

«Le problème n’est plus présent depuis fort longtemps», a d’ailleurs assuré la propriétaire, Riana Miarantsoa.

«C’est notre devoir de fermer toutes les ouvertures [dans les murs]. On fait toujours ça. Maintenant, il n’y a plus de problème», a-t-elle expliqué.

Il faut attendre plusieurs mois après une infraction pour qu’un juge entende la cause et rende sa sentence. Les détails de ces jugements ont été obtenus à la suite d’une demande d’accès à l’information.

Dans la même catégorie