/news/society

Terrorisme

Les organisateurs «plus responsables» face aux menaces

TVA Nouvelles

Depuis les dernières années, et depuis l’attentat de Nice particulièrement, les organisateurs d’événements sont plus responsables dans leur gestion des risques d’attaques, estime un expert en gestion de foule.

«Les gens sont plus responsables. Au niveau événementiel, tout le monde s’implique, que ce soient les ambulanciers, les policiers, le service à la clientèle. C’est un travail pour tout le monde», constate Mario Berniqué, ex-capitaine à a Sûreté du Québec, en entrevue à LCN.

Vendredi, on a commémoré en France le premier anniversaire de l’attaque au camion-bélier de Nice, qui a fait 86 morts. L’attentat a fait prendre conscience aux organisateurs de l’importance de resserrer la sécurité sur les lieux des événements.

«C’est du nouveau, on n’a pas vu ça beaucoup, des attaques contre la culture, contre des groupes, des attaques dans une masse» de gens, soulève M. Berniqué.

L’ex-policier souligne que quand il a commencé dans le milieu de la sécurité privée, il envisageait principalement des débordements de foule, et non des attentats, comme possibilités.

«Le type de menace, le type de danger a changé», souligne-t-il

Avec le temps, l’implication des gestionnaires a aussi changé. On «réagit en amont», constate-t-il, avant que l’événement se déroule

«Il y a des audits qui se font sur la sécurité pour voir les vulnérabilité, pour avoir plus de vigilance, pour avoir de meilleurs équipements, de meilleures formations», remarque l’expert.

Les organisateurs se basent aussi sur les éditions précédentes pour améliorer le dispositif de sécurité.

«Il y a beaucoup plus d’engagement chez les organisateurs, observe M. Berniqué. Il y a une plus grande concertation entre la sécurité, la police, les gestionnaires pour savoir où sont les vulnérabilités.»

De plus, l’expert a aussi remarqué que le secteur privé prend une plus grande place dans l’organisateur de la sécurité pour les événements.

Dans la même catégorie