/regional/montreal

Centre-ville de Montréal

Manif contre le projet de loi sur les chiens potentiellement dangereux

Agence QMI

Plusieurs dizaines d’amoureux des animaux ont marché samedi dans les rues de Montréal en appui à la journée mondiale contre la législation spécifique des races.

Les manifestants voulaient aussi protester contre le projet de loi 128 (Loi visant à favoriser la protection des personnes par la mise en place d’un encadrement concernant les chiens), déposé à l'Assemblée nationale du Québec au mois d’avril dernier par le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux.

Ce projet de loi propose notamment une liste des races, types et croisements de chiens réputés potentiellement dangereux identifie notamment les chiens qui sont réputés potentiellement dangereux, dont les pitbulls, les pitbulls terriers américains, les terriers américains du Staffordshire, les bulls terriers du Staffordshire et les rottweilers.

Le projet de loi prévoit aussi davantage de pouvoirs aux municipalités pour agir dans les cas problématiques impliquant des chiens.

Samedi, les marcheurs ont parcouru les rues sans leurs animaux.

«Cette loi [...] s'avère inefficace à tous les niveaux, et même si plusieurs villes, pays, province ont décidé d'abolir cette loi nous ici au Québec, nos dirigeants persistent à aller à l'encontre d'avis d'experts dans le domaine animal et malgré les statistiques veulent tout de même implanter cette loi inapplicable et coûteuse», ont déploré les organisateurs de la marche sur leur page Facebook.

Ils soutiennent par ailleurs que ce projet de loi «brime nos droits en tant que citoyens» et qu’«elle aura des répercussions négatives sur tous les animaux du Québec».