/news/culture

En salles le 21 juillet

«Valérian et la cité des 1000 planètes»: derrière les caméras de Luc Besson

Isabelle Hontebeyrie | Agence QMI

Le tout nouveau film de science-fiction de Luc Besson, adaptation libre de la bande dessinée «Valérian et Laureline» parue en 1967, se déroule en 2740. Voici comment Luc Besson a créé cet univers magique...

1 - Le cinéaste français a découvert «Valérian et Laureline» en lisant le magazine «Pilote» lorsqu’il avait 10 ans. Cette bande dessinée lui a inspiré «Le cinquième élément» et c’est alors qu’il travaillait sur ce film que Jean-Claude Mézières, concepteur visuel pour le long métrage et auteur de «Valérian et Laureline», lui a demandé pourquoi il ne porterait pas sa BD au grand écran.

2 - Luc Besson a décidé de s’attaquer à «Valérian et Laureline» après que James Cameron lui eut fait visiter le plateau d’«Avatar». C’est à ce moment qu’il s’est dit que la technologie avait suffisamment évolué pour permettre une adaptation de qualité.

3 - Dane DeHaan a toujours été dans la mire du réalisateur pour le rôle de Valérian et c’est lorsque les deux hommes se sont rencontrés au restaurant que ce choix a été finalisé.

4 - Dane DeHaan a passé sept mois à se préparer au tournage en répétant inlassablement les cascades qu’il aurait à effectuer devant les caméras.

5 - Cara Delevingne a dû passer à travers un processus d’auditions extrêmement rigoureux, Luc Besson voulant s’assurer que le mannequin britannique pouvait incarner Laureline de manière convaincante. Avant d’être choisie, la jeune femme a d’ailleurs dû lire le scénario d’une seule traite, sous surveillance, afin qu’aucun détail ne fuite.

6 - Pour incarner Bubble, une extra-terrestre capable de prendre la forme qu’elle veut, le réalisateur a immédiatement pensé à Rihanna. C’est Ethan Hawke qui tient le rôle de Jolly, le «pimp» de Bubble , mais Luc Besson a expliqué à l’acteur qu’il aurait choisi Dennis Hopper s’il avait encore été vivant. C’est donc des prestations de ce dernier que l’acteur s’est inspiré.

7 - C’est lors d’une visite chez Herbie Hancock à Los Angeles que le cinéaste l’a convaincu d’accepter de tenir le rôle du ministre de la Défense!

8 - En 2010, Luc Besson a organisé un concours, destiné à la fois aux amateurs et aux professionnels, afin de trouver les graphistes qui définiraient le look du film. Il en a ensuite rencontré une vingtaine avant d’en sélectionner six.

9 - C’est Ben Mauro («Lucy» et «Le Hobbit») qui a conceptualisé toutes les races extra-terrestres vues à l’écran. S’inspirant des œuvres de Yoji Shinkawa, artiste de jeux vidéo, et du bédéiste français Mœbius, il a travaillé ses créatures en les dotant des caractéristiques physiques d’animaux réels.

10 - Luc Besson a également organisé un deuxième concours ouvert aux dessinateurs du monde entier visant à créer d’autres extra-terrestres. Des 3000 participations reçues, il en a sélectionné 20 qui font leur apparition dans le long métrage.

11 - Pour les scènes nécessitant de la captation de mouvements, le cinéaste a fait appel à Weta, la compagnie de Peter Jackson.

12 - Les effets spéciaux ont été assurés par ILM, la compagnie de George Lucas et Rodeo FX, la firme montréalaise qui a signé la poursuite en voiture dans «Lucy». Au total, il y a 2734 scènes d’effets spéciaux dans «Valérian et la cité des 1000 planètes».

13 - Le tournage a duré six mois et s’est déroulé à la Cité du cinéma de Paris, création de Luc Besson.

14 - Le chef costumier Olivier Bériot et son équipe - qui comptait deux électriciens afin de donner vie à la vision de Luc Besson - ont amorcé leur travail sept mois avant le premier tour de manivelle.

15 - La musique du film est l’œuvre d’Alexandre Desplat qui, lui aussi, avait découvert «Valérian et Laureline» durant sa jeunesse en lisant le magazine «Pilote». L’enregistrement de la trame sonore s’est déroulé dans les studios de Radio France à Paris.

«Valérian et la cité des 1000 planètes» arrive dans les salles obscures de la province dès le 21 juillet.

Dans la même catégorie