/news/culture

Juste pour rire

Plastic Bertrand fait planer Montréal

Samuel Pradier | Agence QMI

«Tout petit la planète» a chanté Plastic Bertrand, dimanche soir, sur une place des festivals qui paraissait malheureusement un peu trop grande pour la foule modeste qui s’y était rassemblée.

De passage à Montréal, dans le cadre du festival Juste pour rire, le populaire chanteur belge de 63 ans a enflammé la foule avec une succession de ses grands succès et de quelques nouveautés très rock.

En jean et tee-shirt noir surmonté d'une veste pied-de-poule, Plastic Bertrand a ouvert la soirée avec «Slave To The Beat», avant d'enchainer avec «Lady Barbarella», deux chansons plus récentes dans lesquelles il explore un univers plus électro.

L'allure juvénile et l'énergie dans le plafond, le chanteur bouge, saute, danse et arpente la scène sans arrêt.

«Qu'est-ce que c'est bon de vous retrouver, a-t-il lancé à la foule. J'ai une véritable histoire d'amour avec le Québec. C'est une soirée d'anniversaire (il faisait référence à ses 40 ans de carrière, 35 ans du festival Juste pour rire et 375e anniversaire de Montréal), mais on ne parle pas d'âge, ce soir. La plupart d'entre vous étaient même pas nés, il y a 40 ans!»

Entouré de quatre musiciens québécois, dont le chanteur Xavier Caféine, et de deux choristes, le chanteur a ensuite fait un plongeon dans les années 70-80, avec notamment «Supercool» et «Téléphone à Téléphone mon bijou» ou encore «Gueule d'amour».

De sa collaboration avec Xavier Caféine sont nées plusieurs chansons comme «Amsterdam» ou «Les animaux» ou «Je m'emmerde», résolument plus rock, qu'il n'a pas manqué de proposer au public.

Pour la chanson «Machine», l'artiste montréalais Frigid l'a rejoint sur scène pour un duo survolté.

Lorsque la pluie s'est mise de la partie, vers la moitié du spectacle, la foule s'est un peu clairsemée, mais l'ambiance était toujours survoltée.

«On va faire un bond de 40 ans, avec des chansons qui étaient sur mon premier album en 1977», a-t-il lancé de faire un medley avec «Pogo pogo», «Sha la la lee» et «Bambino».

En fin de spectacle, Plastic Bertrand avait prévu de régaler le public avec ses plus grands succès comme «Tout petit la planète», «Major Tom», «Stop ou encore», sans oublier l'inévitable «Ça plane pour moi».

Dans la même catégorie