/news/currentevents

Disparus pendant plusieurs heures à Montréal

Heures angoissantes pour le père de deux enfants

Vincent Larin | Agence QMI

Le père des deux garçons portés disparus pendant plusieurs heures dimanche à Montréal dit avoir vécu «une panique intense» alors qu’il craignait qu’une voiture les heurte.

Cédric Laframboise explique que ses deux garçons, Raphael Grondines-Lambert, 7 ans, et Zachary Laframboise, 5 ans, se sont enfuis de son appartement de la rue Rhéaume à Anjou dimanche alors qu’il dormait encore.

«Ils se sont mis du linge pis pendant que je dormais ils ont juste débarré [la porte] et sont partis», raconte-t-il.«J’entendais la télévision, alors je me suis dit qu’ils regardaient les petits bonshommes, mais il n’y avait personne dans le salon et ils n’étaient pas dans leur chambre», se rappelle Cédric Laframboise.

Marie-Ève Dumont, Agence QMI

«Ç’a été la panique totale. Automatiquement j’ai sauté dans mon truck et j’ai fait des zigzags dans les rues.»

«La seule peur que j’avais était qu’ils traversent une rue et qu’une voiture ne les voit pas, explique Cédrick Laframboise. Ce sont des frères, ils sont toujours ensemble, donc je savais qu’ils ne se sépareraient pas.»

Après un peu moins d’une demi-heure, il a finalement contacté la police vers 13h. «On ne voulait pas prendre de chance», dit Cédric Framboise.

Une longue balade

Les deux garçons ont finalement été retrouvés sains et saufs près de l’intersection de la rue Sherbrooke Est et du boulevard Joseph-Versailles, à environ trois kilomètres de leur domicile, vers 19h30

C’est une citoyenne qui avait vu l’avis de recherche dans les médias qui les a aperçus et qui a contacté les autorités.

«Ils sont en bonne santé. Ils vont très bien», a mentionné Andrée-Anne Picard du Service de police de la Ville de Montréal.

Les jeunes frères n’ont pas été victimes d’un acte criminel, ils ont simplement fait une longue balade. Les deux semblaient avoir marché sans chaussures et torse nu, puisque c’est ainsi qu’ils ont été pris en main par les policiers.

De nombreux policiers et un maître-chien avaient été mobilisés pour les retrouver à Anjou près de l’intersection du boulevard Châteauneuf et de l’avenue Rondeau.

Des enquêteurs devaient rencontrer les parents pour comprendre les circonstances de leur disparition.

«Mais on ne parle pas d’accusations criminelles contre les parents», explique Andrée-Anne Picard.

Dans la même catégorie